Retraites: Les jeunes craignent d'être les «premiers perdants» de la réforme

avec AFP

— 

Le collectif «La Retraite une affaire de jeunes» a dit redouter que les jeunes soient «les premiers perdants de la réforme des retraites» et a appelé à la mobilisation le 10 septembre, lors d'une conférence de presse mardi.

«Désolé les jeunes, aujourd'hui vous êtes précaires, demain vous allez être au chômage, et après-demain vous n'aurez pas de retraite à taux plein», a lancé Emmanuel Zemmour, président de l'Unef, ajoutant que les jeunes générations pourraient être «les premiers perdants de la réforme des retraites», entre allongement de la durée de cotisation, entrée tardive sur le marché du travail et parcours souvent morcelés.

Besoin de 43 ans de cotisation pour bénéficier du taux plein

L'allongement de la durée de cotisation est une «double peine pour les jeunes» qui risquent de devoir partir avec des retraites incomplètes, selon les membres du collectif qui regroupe 17 organisations dont l'Unef, les jeunes écologistes, la LMDE, la JOC. «Nous refusons d'être la première génération à devoir renoncer à une retraite solidaire», affirme-t-il.

Les salariés âgés actuellement de 40 ans ou moins vont devoir cotiser 43 ans pour bénéficier d'une retraite à taux plein, contre 41,5 aujourd'hui. Une personne de la génération 1973 doit donc travailler sans interruption dès 19 ans pour partir à 62 ans avec une retraite complète, rappelle le collectif.