Total «sera amené» à faire des restructurations en France, avertit Christophe de Margerie

ECONOMIE Pas de calendrier ni de projet précis, mais le PDG du groupe pétrolier a annoncé des restructurations possibles devant les patrons du Medef...

avec AFP

— 

Raffinerie des Flandres à Dunkerque fermée par Total en 2010.
Raffinerie des Flandres à Dunkerque fermée par Total en 2010. — LEMAIRE/ZEPPELIN/SIPA

Le géant pétrolier Total «sera amené» à faire de nouvelles restructurations en France, a averti vendredi son PDG Christophe de Margerie, sans toutefois évoquer de projet ou de calendrier précis. «Un chef d'entreprise n'est pas là pour faire de la politique, il est là pour faire progresser sa société et faire en sorte qu'il participe au bien-être général», a déclaré le patron de Total à la tribune de l'université du Medef à Jouy-en-Josas (Yvelines). «En France certainement c'est possible, même si cela nécessite encore un certain nombre de restructurations et vous savez que Total sera amené comme d'autres à en faire», a-t-il lâché.

«Non, notre pays n'est pas en décadence mais il doit se reprendre en main»

La déclaration intervient alors que le groupe a convoqué pour mercredi un CCE concernant un «projet d'avenir» pour le site pétrochimique de Carling en Moselle. Selon des sources syndicales, Total pourrait annoncer l'arrêt du vapocraqueur, la principale installation du site, et la suppression de quelque 200 emplois nets sur les 550 du site, dans un secteur pétrochimique européen à la peine. Le groupe s'est refusé à tout commentaire.

Les restructurations passées de Total, qui réalise des bénéfices nets annuels au-delà des 10 milliards d'euros, ont souvent entraîné des polémiques, comme lors de la fermeture de la raffinerie de Dunkerque en 2009-2010. Devant son auditoire de l'université du Medef, Christophe de Margerie s'est livré à un appel au redressement économique de la France, dénonçant un «problème d'attitude» et appelant à «arrêter de considérer que la mondialisation est un mal». «Non, notre pays n'est pas en décadence mais il doit se reprendre en main», a-t-il lancé.