Libye: La production de pétrole chute encore à 250.000 barils par jour

avec AFP

— 

La production libyenne de pétrole a encore chuté à 250.000 barils par jour, a annoncé mercredi le premier ministre Ali Zeidan, expliquant cette baisse par les mouvements de protestation qui paralysent le secteur. «La production actuelle de pétrole est de 250.000 barils» par jour, a déclaré M. Ali Zeidan lors d'un point de presse, tout en prévoyant «une augmentation du niveau de la production dans les prochaines heures». La capacité moyenne de production du pays, hors période de conflit, s'établit autour de 1,5 à 1,6 million b/j.

«Le ministère du Pétrole et les institutions de l'Etat sont à pied d'oeuvre pour résoudre le problème», a assuré M. Ali Zeidan. Cette nouvelle baisse de la production pétrolière intervient après la fermeture lundi soir par un groupe armé de deux champs pétrolier al-Fil et al-Sarir (ouest du pays), selon des sources du ministère du Pétrole qui ne donnent pas les motivations de ce groupe armé. «Les mouvements de protestations sont pas motivés par des considérations d'ordre politique», a souligné M. Zeidan. «Ce sont des individus, des gardes des installations pétrolières et anciens gardes qui n'ont aucune notion de la politique qui mènent ces protestations».

Les principaux terminaux pétroliers fermés

Après la révolte qui a provoqué la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, «les armes se sont répandues parmi la population et les groupes armés ne sont pas assujettis aux ordres de supérieurs», a rappelé M. Zeidan. Le Premier ministre a cependant écarté l'usage de la force pour résoudre ces troubles qui secouent le secteur pétrolier du pays, affirmant que tout recours aux armes entraînerait «une effusion de sang dont des conséquences sont imprévisibles».

Depuis fin juillet, les principaux terminaux pétroliers situés en majorité dans l'est du pays sont fermés par des gardes des installations pétrolières accusant le gouvernement de vendre le pétrole sans en mesurer les quantités exportées. De son côté, le gouvernement accuse ces gardes de chercher à détourner le pétrole à leur profit et a plusieurs fois menacé de bombarder tout navire voulant exporter le brut indépendamment de l'Etat.