La Russie a entamé sa sortie du capital d'EADS

© 2013 AFP

— 

Le groupe d'aéronautique et de défense EADS s'apprête à annoncer une réorganisation drastique de sa filiale Défense et Espace, qui pourrait se solder par 8.000 suppressions de postes, selon des informations de la presse allemande.
Le groupe d'aéronautique et de défense EADS s'apprête à annoncer une réorganisation drastique de sa filiale Défense et Espace, qui pourrait se solder par 8.000 suppressions de postes, selon des informations de la presse allemande. — Eric Piermont AFP

La banque VEB, bras financier de l'Etat russe, a commencé à vendre sa participation de 5% dans le groupe aéronautique EADS afin d'injecter de nouveaux fonds dans l'aviation civile russe, rapporte vendredi le quotidien russe Vedomosti.

«Vnechekonombank (VEB) a entamé la vente par étapes de ses 5,02% dans EADS», qui vient de se renommer Airbus, écrit le journal, qui cite des sources proches de VEB et au sein de l'industrie aéronautique.

Il précise que la banque de développement a bouclé le 25 juillet la vente d'une part de 2,14% et cite une source aéronautique russe selon laquelle «le processus de vente est peut-être déjà fini».

Contactés par l'AFP, VEB et EADS n'ont pas souhaité commenter ces informations.

VEB avait acheté sa participation de 5% dans EADS en 2007 pour 995 millions d'euros à une autre banque russe, VTB. Cette participation valait 1,8 milliard d'euros au cours de clôture de l'action jeudi soir.

Selon le journal, le produit de la vente est destiné à Soukhoï Aviation Civile, producteur de l'avion régional russe Superjet 100, mis en service en 2011 et présenté comme un symbole du renouveau de l'industrie aéronautique russe.

Mais l'appareil, qui a connu plusieurs avaries techniques et un crash en démonstration en Indonésie depuis son lancement, peine à trouver des clients. Il est exploité essentiellement par la compagnie russe Aeroflot et, depuis peu, par la mexicaine Interjet.

Soukhoï Aviation Civile, détenu à 75% par l'avionneur public russe Soukhoï et à 25% par l'italien Finmeccanica, a confirmé à la mi-juillet négocier avec ses créanciers un allègement de sa dette, qui dépasse deux milliards de dollars, ainsi qu'un soutien financier.

A 12h48, l'action EADS reculait de 0,60%, à 44,8 euros alors que le CAC 40 grappillait 0,07%.