Air France, les députés pour la privatisation

© 20 minutes

— 

Un peu plus d’un mois après le Sénat, l’Assemblée nationale a voté, hier, le projet de loi organisant la privatisation d’Air France. Le texte doit revenir, en deuxième lecture, au Sénat. Seule véritable incertitude pour le gouvernement : la date de la privatisation. Elle aura lieu « lorsque les conditions du marché le permettront », a répété hier le ministre des Transports, Gilles de Robien. Difficile, en effet, d’attirer les investisseurs en période de tensions internationales et de crise du transport aérien. Le ministre n’a pas voulu confirmer une vente dans la seconde moitié de l’année, un temps évoquée. L’Etat prévoit de réduire de 54,4 % à moins de 20 % sa part dans le capital de la compagnie publique, soixante-dix ans après sa création.