La Bourse de Paris attendue en légère hausse, avant la réunion de la BCE

© 2013 AFP

— 

La réunion de la Banque centrale européenne (BCE) devrait concentrer l'attention des investisseurs la semaine prochaine à la Bourse de Paris, les derniers indicateurs en zone euro alimentant les spéculations autour d'une baisse des taux.
La réunion de la Banque centrale européenne (BCE) devrait concentrer l'attention des investisseurs la semaine prochaine à la Bourse de Paris, les derniers indicateurs en zone euro alimentant les spéculations autour d'une baisse des taux. — Jacques Demarthon AFP

La Bourse de Paris devrait ouvrir en légère hausse jeudi, peu surprise par le maintien d'une politique monétaire très accommodante par la Fed et dans l'attente des conclusions de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE).

Le contrat à terme sur le CAC 40 prenait 0,21% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance.

La veille, l'indice parisien a gagné 0,15% à 3.992,69 points.

De son côté, Wall Street a terminé sur une note contrastée, réagissant peu au communiqué de la Réserve fédérale américaine (Fed). Le Dow Jones a cédé 0,14% tandis que le Nasdaq a gagné 0,27%.

Le marché parisien devrait débuter la séance sans prendre trop de risque, alors que la Fed a annoncé comme attendu mercredi après la clôture européenne la poursuite de sa politique de soutien exceptionnel à l'économie.

La Fed estime par ailleurs que l'économie américaine a progressé à un rythme «modeste» au premier semestre et a relevé que l'inflation était restée sous les 2%, ce qui pourrait «poser des risques» pour la performance de l'économie.

Pour Crédit Agricole CIB, «l'appétit pour le risque devrait rester présent en l'absence de signe plaidant pour une réduction des rachats d'actifs» dans le communiqué de la Fed.

Toutefois, «à mesure que la réunion de septembre de la Fed approchera», les spéculations sur cette réduction «vont probablement reprendre», selon eux.

Selon Chris Weston, analyste chez IG, «les marchés européens s'apprêtent à ouvrir stable, alors que pour la seconde journée d'affilée il y a de nombreux événements d'importance».

Les banques centrales vont rester au centre des préoccupations des marchés jeudi, avec les réunions de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d'Angleterre (BoE).

La BCE publiera sa décision sur ses taux à 13H45 avant la traditionnelle conférence de presse de son président Mario Draghi à 14H30.

L'institution devrait laisser en l'état ses mesures de soutien à la zone euro, avec un taux directeur à 0,50%, l'amélioration de plusieurs indicateurs laissant entrevoir le bout du tunnel pour la région.

Mario Draghi devrait quant à lui réitérer l'engagement pris le mois dernier de maintenir son taux directeur à son niveau actuel aussi longtemps que nécessaire, voire à le baisser davantage si la situation en zone euro l'exige.

«Il est peu probable que nous assistions aujourd'hui à un changement de politique de la part de la BCE et ce sera une nouvelle fois la conférence de presse de Mario Draghi qui dictera la tendance sur les marchés», souligne Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

En zone euro, les investisseurs suivront également, outre un emprunt obligataire de l'Espagne, la publication des indices PMI définitifs pour le mois de juillet dans le secteur manufacturier.

Aux Etats-Unis, le marché suivra une série d'indicateurs, avec les demandes hebdomadaires d'allocations chômage (14H30), les dépenses de construction pour juin et l'indice ISM d'activité dans l'industrie pour juillet (16H00)

Enfin, deux indicateurs contrastés ont été publiés jeudi matin sur la Chine. La production manufacturière a enregistré en juillet sa plus forte contraction depuis onze mois, selon l'indice définitif publié par la banque HSBC, tandis qu'un chiffre gouvernemental faisait au contraire état d'une légère progression.

VALEURS A SUIVRE

ARCELORMITTAL a revu ses objectifs annuels à la baisse jeudi, après avoir subi de lourdes pertes de 780 millions de dollars au second trimestre.

GDF SUEZ a confirmé ses objectifs annuels, malgré un repli de ses résultats au premier semestre, durant lequel il a malgré tout estimé avoir bien résisté à des conditions économiques «dégradées».

LEGRAND a confirmé ses objectifs pour 2013 après un premier semestre quasi stable et conforme aux attentes, les pays émergents et d'Amérique du Nord compensant une Europe encore à la traîne.

SANOFI a annoncé une chute de son résultat net au 2ème trimestre de 61,5% à 444 millions d'euros et a révisé à la baisse sa prévision de résultat pour 2013.

Par ailleurs, un comité consultatif de la FDA, l'autorité de santé américaine, a recommandé l'autorisation de la vente sans ordonnance aux Etats-Unis du Nasacort AQ, une pulvérisation pour les allergies nasales.

SOCIETE GENERALE a fait plus que doubler son bénéfice net au deuxième trimestre (+119%), à 955 millions d'euros, dépassant largement les attentes des analystes, et se montrant en avance sur plusieurs de ses objectifs,

AIR FRANCE-KLM: la compagnie Air France envisage de supprimer 2.500 postes supplémentaires en 2014 sans départs contraints après plus de 5.100 en 2012 et 2013.

ALTAREA COGEDIM a annoncé un partenariat stratégique avec l'assureur Allianz, qui prendra 49% dans cinq de ses actifs pour 395 millions d'euros.

APERAM a annoncé une réduction de ses pertes et des performances opérationnelles en hausse au deuxième trimestre, malgré un contexte économique difficile.

ARKEMA a enregistré un bénéfice de 112 millions d'euros au deuxième trimestre contre une perte un an plus tôt et confirme mercredi sa capacité à réaliser une «performance annuelle très solide».

AUPLATA a annoncé un chiffre d'affaires quasi stable sur le deuxième trimestre et une production en hausse de 14% par rapport au même trimestre de l'an passé.

BIC: le bénéfice net a reculé de 13,5% à 72,9 millions d'euros au deuxième trimestre.

CGG a maintenu ses objectifs financiers pour 2013 après un deuxième trimestre qu'il a qualifié de très bon.

GENERALE DE SANTE a annoncé un bénéfice net et des recettes en baisse sur le premier semestre, pénalisé par des effets de périmètres et un «contexte tarifaire dégradé».

GROUPE FLO a vu son bénéfice net et ses ventes reculer au premier semestre 2013 avec la crise de la consommation et s'attend à un exercice annuel «difficile».

INFOTEL a enregistré une amélioration de son activité au 2ème trimestre qui le rend «confiant dans la réalisation de ses objectifs annuels».

NETGEM a annoncé une hausse de 7% de son bénéfice net au premier semestre et un remaniement de sa gouvernance en vue de sa fusion avec Videofutur.

NORBERT DENDRESSANGLE a annoncé une forte chute de son bénéfice semestriel, mais reste «confiant» et vise toujours la croissance en 2013, grâce à la bonne santé de son activité logistique et à ses récentes acquisitions.

PLASTIVALOIRE a réussi à atténuer quelque peu le recul de son activité au troisième trimestre de son exercice décalé.

SCOR a enregistré au premier semestre un bénéfice net en baisse de 8,3%, à 189 millons d'euros, un résultat supérieur aux attentes des analystes.

SOPRA GROUP a confirmé ses objectifs annuels, après l'annonce d'un bénéfice net de 26,5 millions d'euros au premier semestre, en hausse de 4,1% sur un an.

VALEO: Goldman Sachs a abaissé sa recommandation à «neutre», contre «acheter» auparavant.

VERGNET a publié un chiffre d'affaires «logiquement en baisse» de plus de moitié au premier semestre, compte tenu d'une faible activité de l'éolien et de la fin d’exécution d'un contrat éthiopien.

VILMORIN a vu ses ventes progresser de 11,5% au 4e trimestre, soutenues par les grandes cultures et les semences potagères lui permettant de terminer son exercice décalé en hausse de 9,4%.