Dans quelles régions les fonctionnaires sont-ils le plus représentés?

Mathieu Bruckmüller

— 

Photo d'illustration d'un hôpital.
Photo d'illustration d'un hôpital. — C. TRIBALLEAU / AFP

Il y a un petit moins de fonctionnaires. La révision générale des politiques publiques (RGPP) lancée par Nicolas Sarkozy, qui prévoyait le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, s’est fait sentir entre 2010 et 2011 selon les dernières données de l’Insee publiées vendredi.

Près de 5,5 millions de fonctionnaires

Un repli surtout marqué dans la fonction publique de l’État (– 2,0%), alors que les effectifs sont stables dans la fonction publique territoriale (+ 0,3%) et augmentent dans la fonction publique hospitalière (+ 1,3%). Dans la fonction publique de l’État, ils ont ainsi fondu de 40.000 personnes. A la fin 2011, la France comptait exactement 5.493.200 fonctionnaires soit 20.000 de moins que l’année précédente (-0,5% après +0,2% en 2010). La fonction publique représente toujours un emploi sur cinq dans le pays (20,4%).

Malgré tout, le volume annuel de travail est resté stable puisque le nombre d’agents travaillant à temps complet a légèrement augmenté. La fonction publique employait ainsi en 2011 5,2 millions d’équivalents temps plein.

43% d’agents du public en Guyane!

Et c’est dans les quatre régions d’outre-mer, où la population est plus jeune qu’en métropole, nécessitant nombre d’enseignants et que le chômage est trois fois plus important que la part de l’emploi public est la plus élevée. Elle atteint 30% en Guadeloupe, en Martinique et à La Réunion et culmine à 43% en Guyane.

Dans les régions de France métropolitaine, la part de l’emploi public dans l’emploi total s’échelonne de 17% à 25%. Il est ainsi très présent dans le Limousin, en Corse, en Lorraine, dans le Languedoc-Roussillon, l’Auvergne et la Picardie (part supérieure à 22 %).

Au milieu, on retrouve la Bretagne, la Basse-Normandie, la Haute-Normandie, le Nord-Pas-de-Calais, la Champagne-Ardenne, la Bourgogne, la Franche-Comté, le Centre, l’Aquitaine, les régions Midi-Pyrénées et Paca avec un taux de fonctionnaires compris entre 19 et 22%.

À l’inverse, le poids de la fonction publique dans l’emploi total est plus faible dans les Pays de la Loire, en Rhône-Alpes et en Alsace (de 17% à 19%). Dans ces trois régions, le dynamisme de l’emploi privé explique cette moindre implantation.

Situation singulière de l’Île-de-France

La situation de l’Île-de-France est singulière. L’emploi public y représente 18,3% de l’emploi total régional, soit moins qu’en moyenne nationale (20,4%). Cette situation s’explique en premier lieu par une concentration plus importante de l’emploi dans la région. Alors que 19% des 15-64 ans résident en Île-de-France, la région regroupe près de 23% de l’emploi métropolitain.

«De plus, en Île-de-France où les administrations centrales et les services déconcentrés sont davantage présents, la part de l’emploi dans la fonction publique d’Etat est légèrement supérieure à la moyenne nationale. La région capitale regroupe 91% des agents civils des administrations centrales et 23% de ceux des services déconcentrés», relève l’Insee. En revanche, les effectifs de la fonction publique hospitalière et de la territoriale sont proportionnellement plus faibles qu’ailleurs.