Wall Street espère de nouveaux records grâce aux résultats d'entreprises

© 2013 AFP

— 

La Bourse électronique américaine Nasdaq a suspendu jeudi à la mi-séance le courtage de toutes les actions et options sur actions en raison d'un problème technique.
La Bourse électronique américaine Nasdaq a suspendu jeudi à la mi-séance le courtage de toutes les actions et options sur actions en raison d'un problème technique. — Timothy Clary AFP

Wall Street, apaisée sur l'évolution de la politique monétaire américaine, espère trouver dans les prochains résultats d'entreprises des atouts de poids pour consolider son avancée régulière à de nouveaux sommets historiques.

Au cours des cinq dernières séances, le Dow Jones Industrial Average, indice vedette réunissant 30 valeurs de la Bourse de New York, a avancé de 0,51% pour finir à 15.543,74 points.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a quant à lui cédé 0,35% à 3.587,61 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'est apprécié de 0,71% à 1.692,09 points, un nouveau record historique.

Une nouvelle fois cette semaine, c'est sur le patron de la Réserve fédérale américaine (Fed), Ben Bernanke, que le marché a concentré l'essentiel de son attention, en pleine saison de résultats d'entreprises américaines et alors que les indicateurs économiques étaient nombreux.

Mais les investisseurs vont désormais pouvoir se tourner vers d'autres horizons, a estimé Michael Gayed, de Pension Partners, «maintenant que son message a été entendu».

Alors que des doutes subsistaient jusque-là, ils ont été balayés par M. Bernanke qui s'est montré «beaucoup plus clair» sur les intentions de la Fed, a estimé Art Hogan, de Lazard Capital Markets, faisant écho à de nombreux analystes.

Soulignant ne pas avoir de «parcours prédéterminé» pour réduire son soutien à l'économie, le président de l'institution a réaffirmé que la conjoncture économique américaine, dans le secteur de l'emploi en particulier, justifiait encore une politique monétaire très accommodante.

Il a aussi expliqué que si les conditions économiques s'amélioraient plus rapidement que prévu, «le rythme des achats pourrait être réduit plus rapidement».

Apple, Facebook et Amazon

«La Fed ne nous a pas donné de chiffres précis, mais elle nous a donné des balises pour que l'on puisse ajuster nos attentes sur la politique monétaire» du pays, a résumé Stéphane Ventilato, courtier chez Banca IMI Securities.

Côté entreprises, les opérateurs attendaient de pied ferme les publications de quelques grands noms du secteur technologique la semaine prochaine, tels qu'Apple mardi, Facebook mercredi, et Amazon jeudi.

Jusque-là, «quelques noms phare» de ce secteur considéré comme essentiel à la progression des indices «ont déçu», a souligné M. Hogan.

Parmi eux, le géant Google mais aussi les groupes informatiques Intel et Microsoft.

«Nous sommes en phase de transition, et si le coeur de votre société est lié à l'ordinateur de bureau» ou le PC, «cela n'est pas de très bon augure», et il n'est pas étonnant de «décevoir des attentes trop haut placées», a-t-il poursuivi, estimant que les enjeux seront autrement plus importants la semaine prochaine.

Quelques autres grands noms sont au programme, dont McDonald's lundi, DuPont et Lockheed Martin, UPS et AT&T mardi, Pepsico, Boeing et Caterpillar mercredi, Dow Chemical et General Motors jeudi.

«On va regarder en particulier les marges» des entreprises, a relevé M. Ventilato. «Il serait bien de les voir croître, mais le marché sera aussi satisfait à des niveaux stables. Ce qui est à éviter, c'est une détérioration», de mauvais augure alors que les économies européenne et asiatique inquiètent.

Après une course à des niveaux inédits en 16 mois à New York, l'envolée des cours du baril de brut sera aussi surveillée, selon M. Gayed. «Cela pourrait devenir problématique pour le consommateur si le brut continuait de progresser à ce rythme-là», a-t-il estimé.

Pour M. Ventilato, au contraire, «c'est un signe assez positif», car «le pétrole ne fait que suivre l'allure de la croissance américaine (...) qui devient en mesure d'absorber» une hausse des prix, dénotant un certain regain d'optimisme.

Côté indicateurs, il sera important pour les économistes Paul Edelstein et Stephanie Karol, de IHS, de surveiller les ventes de maison existantes et nouvelles lundi et mercredi, les commandes de biens durables jeudi, et la confiance des consommateurs de l'Université du Michigan vendredi.

Nasdaq Nyse