Pourquoi les découverts vont bientôt vous coûter moins cher

BANQUE Jusqu’ici, ils pouvaient vous coûter de 78 à 458,7 euros par mois...

Mathieu Bruckmüller

— 

Récapitulatif de frais bancaires et relevé de compte.
Récapitulatif de frais bancaires et relevé de compte. — F. DURAND / SIPA

C’est une victoire pour le portefeuille des consommateurs. Dans le cadre de la loi bancaire qui sera définitivement adoptée cette semaine, le ministre de l’Economie Pierre Moscovici va publier un décret pour limiter à huit euros la commission dite d’intervention prélevée pour des opérations irrégulières (chèque non approvisionnée par exemple) quand un client a dépassé son découvert autorisé.

Des frais de découverts limités à 80 euros par mois

Dès l’an prochain, un particulier ne pourra, en plus, pas se voir prélever plus de 80 euros par mois de commissions d’intervention.  «Une mesure importante pour le budget des familles», se félicite Serge Maître de l’Association française des usagers des banques (Afub). En effet, jusqu’ici les écarts des plafonds  entre les établissements, qui se sont accrus depuis 2009 selon le dernier Observatoire des tarifs bancaires, varient de 78 euros à 458,70 euros ! Une manne non négligeable pour les banques car selon un tout récent sondage du site panorabanques.com, 65% des personnes interrogées déclarent dépasser au moins une fois par an leur découvert autorisé.

Le décret qui devrait rentrer en vigueur l’an prochain va d’ailleurs plus loin pour les Français les plus modestes. Ceux qui bénéficient d’un service bancaire de base à travers le droit au compte ou la garantie des moyens de paiement alternatifs (GPA) verront le tarif d’une commission d’intervention limitée à quatre euros avec une limite mensuelle de vingt euros par mois.  Jusqu’ici dans le cadre de la GPA, le plafond mensuel  moyen des commissions d’intervention est  de 33,44 euros contre 168,80 euros hors GPA.

Le tour de passe-passe des banques dénoncé

Si Serge Maître ce félicite en partie de cette décision d’instaurer une limite à huit euros pour la plupart des ménages en cas de commission d’intervention, il relève qu’elle est très proche de la moyenne actuelle pratiquée par les banques : 8,23 euros en 2012. Il craint donc que ce plafond ne devienne la norme. Or d’après ses calculs, le coût réel de ce service pour une banque se situe entre deux et trois euros.

De plus, il est persuadé que les banques vont en profiter pour augmenter d’autres services comme les frais de tenus de comptes. En effet, d’après l’observatoire des tarifs bancaires, le nombre de banque proposant la gratuité pour la gestion de son compte courant a baissé de 20% entre 2011 et 2013. «Cet accroissement du nombre d’établissements  tarifant la tenue de compte s’accompagne d’une  hausse du prix moyen effectivement facturé.  En effet, ce prix moyen est passé de 13,21 euros  par an au 5 janvier 2011 à 14,46 euros au  5 janvier 2013, soit une augmentation de  9,43 %. De janvier 2012 à janvier 2013, le prix  moyen est passé de 13,79 euros à 14,46 euros» avec un maximum à 150 euros par an.

Fin juin l’'association de consommateurs UFC-Que choisir a dénoncé le «tour de passe-passe» opéré par les banques sur les tarifs bancaires. Contacté par 20 Minutes pour réagir à la problématique des découverts, la Fédération bancaire française nous a indiqué qu'elle attendait la parution du décret pour réagir.

>> Le comparateur des frais bancaires de l'UFC

Conseils:

En cas de découverts bancaires non autorisés, Serge Maître suggère d’abord de prévenir son banquier pour augmenter le plafond. Si vous le dépassez régulièrement, n’hésiter pas à lui demander un crédit renouvelable. Plus facile à accorder et pas plus cher qu’un découvert, il est plus souple à gérer.