Logiciels libres : la riposte de Microsoft

©2006 20 minutes

— 

Le géant mondial des logiciels Microsoft, créateur du système d'exploitation Windows, et la société Novell, qui distribue un logiciel utilisant la technologie directement concurrente Linux, ont annoncé jeudi un partenariat sur l'interopérabilité de certains de leurs systèmes.
Le géant mondial des logiciels Microsoft, créateur du système d'exploitation Windows, et la société Novell, qui distribue un logiciel utilisant la technologie directement concurrente Linux, ont annoncé jeudi un partenariat sur l'interopérabilité de certains de leurs systèmes. — Monica M. Davey AFP

Microsoft s'est-il enfin décidé à déverrouiller ses logiciels ? Un accord signé avec la société Novell va permettre à leurs clients d'utiliser Windows avec Linux, le système informatique « libre » inventé et diffusé sur Internet dans les années 1990 par des informaticiens opposés à la domination de Microsoft. En effet, le géant américain équipe 90 % des ordinateurs de la planète. Avec un handicap majeur : une fois sous Windows, il est très difficile d'installer sur son PC un produit non vendu par Microsoft. Car pour obliger les consommateurs à acheter ses logiciels, le nº 1 mondial cache ses secrets de fabrication, afin d'empêcher toute compatibilité.

Annoncé jeudi soir à San Francisco, le partenariat avec Novell semble a priori révolutionnaire. Les deux groupes ont promis une protection juridique et un soutien technique aux usagers de Microsoft et Suse Linux, le concurrent de Windows vendu par Novell et basé sur Linux. « Nous voulons aider nos clients qui utilisent à la fois Linux et Windows », a déclaré le PDG de Microsoft, Steve Ballmer, au Mercury News.

Mais ces bonnes intentions ont fait sourire les spécialistes, ce week-end. Pour eux, Microsoft ne fait que réagir à l'essor des ventes de serveurs Linux (12 % du total). « Le groupe cherche des alliés pour mieux menacer les autres », estime l'analyste Dana Gardner dans LinuxInsider. Quant à Novell, sa manoeuvre illustre les efforts des acteurs du marché pour mettre la main sur Linux, ajoute-t-il.

Angeline Benoit