Electricité: Troisième hausse de 5% en août 2015

ÉLECTRICITÉ ux hausses ont déjà été annoncées ce mardi...

B. de V. avec AFP

— 

La taxe de contribution au service public de l’électricité va augmenter de 1,1 %.
La taxe de contribution au service public de l’électricité va augmenter de 1,1 %. — DURAND FLORENCE/SIPA

Et de trois. Les tarifs réglementés de l'électricité vont d'abord augmenter deux fois: de 5% au 1er août 2013, puis de 5% à nouveau l'année suivante, avait annoncé lundi le ministère de l'Ecologie et de l'Energie. La troisième hausse de 5% aura lieu en août 2015, selon le projet d'arrêté transmis aux régulateurs, dont l'AFP a eu copie mercredi.

«L'arrêté soumis planifie également une hausse de 5% au 1er août 2014, et une hausse identique au 1er août 2015, sous réserve de l'évolution effective des coûts» indique la note explicative du projet d'arrêté, qui confirme une information du Figaro.

+15,8% au final pour le tarif bleu

Conformément à la procédure, le ministère de l'Écologie et de l'Énergie a saisi mardi la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et le Conseil supérieur de l'énergie (CSE), qui comprend des parlementaires, de son projet de texte. Mais leurs avis n'étant que consultatifs, le gouvernement a la voie libre pour prendre les décisions finales.

Si ces trois hausses du tarif bleu (pour les particuliers et petites entreprises) étaient entérinées, les tarifs augmenteraient donc au total d'environ 15,8% en deux ans. Concernant les autres tarifs, pour lequel le rattrapage nécessaire est moins important, la hausse au 1er août 2013 est de 2,7% pour le tarif jaune, tandis que le tarif vert, utilisé essentiellement par les industriels, resterait lui inchangé, selon l'arrêté du gouvernement.

Une hausse problématique

«Cette hausse est problématique, notamment pour les ménages en tout électrique, confie François Carlier, délégué général de l'association de consommateurs CLCV, contacté par 20 Minutes. Pour nombre de consommateurs, cette hausse de l'ordre 300 euros sur trois ans, vient alourdir les dépenses essentielles et compromettre les dépenses annexes d'équipements ou de vêtements.»