Wall Street finit en légère baisse, gagnée par l'anxiété

© 2013 AFP

— 

Assurée du soutien de la banque centrale américaine et rassurée par des résultats d'entreprises satisfaisants, Wall Street surveillera surtout la semaine prochaine le rapport mensuel sur l'emploi, à l'affût de tout signal sur l'avenir de la politique monétaire.
Assurée du soutien de la banque centrale américaine et rassurée par des résultats d'entreprises satisfaisants, Wall Street surveillera surtout la semaine prochaine le rapport mensuel sur l'emploi, à l'affût de tout signal sur l'avenir de la politique monétaire. — Timothy Clary AFP

La Bourse de New York a achevé en légère baisse une séance indécise mardi, gagnée par l'anxiété avant un jour férié et les chiffres de l'emploi américain: le Dow Jones a cédé 0,28% et le Nasdaq 0,03%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a abandonné 42,55 points à 14.932,41 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 1,09 point à 3.433,40 points.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 s'est replié de 0,05% ou 0,88 point à 1.614,08 points.

L'humeur optimiste qui prédominait sur le marché dans la matinée, à la suite de la publication d'un bon indicateur dans le secteur industriel aux Etats-Unis et de ventes de voitures satisfaisantes, a peu à peu laissé place dans l'après-midi à une vague de frilosité.

«Sans raison précise, le marché plie sous le poids d'un mouvement de ventes intense alors que l'on se rapproche» de la fête nationale du 4 juillet et de la publication le lendemain des chiffres mensuels de l'emploi américain, a noté Michael James, de Wedbush Securities.

Sachant que le marché sera fermé mercredi après-midi (dès 17H00 GMT) et jeudi, «beaucoup d'opérateurs seront en congé» quand ces statistiques officielles sortiront, «et la volatilité n'en sera que plus accentuée», a poursuivi M. James.

Dans ces conditions, selon lui, «les investisseurs veulent se protéger de trop gros mouvements en vendant une partie de leurs positions».

Des propos tenus à la mi-journée par le président de l'antenne de New York de la Fed, William Dudley, «qui s'est dit optimiste sur le rythme de l'accélération de l'économie américaine en 2014, ont également pesé», a noté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a averti qu'elle pourrait retirer progressivement ses mesures de soutien exceptionnelles à l'économie si la conjoncture s'améliorait.

Parmi les sujets de préoccupation du marché, les analystes ont également cité la zone euro, en pleine tempête politique au Portugal.

Le bond des prix du pétrole à New York, qui ont frôlé la barre des 100 dollars en clôture pour la première fois depuis mai 2012, a aussi accentué la nervosité des courtiers, ont noté les experts de Briefing.com.

Avides de signaux sur la vigueur de la consommation dans le pays, les opérateurs ont reçu avec enthousiasme dans la matinée les chiffres globalement bons des ventes de voitures sur le marché américain des grands constructeurs automobiles en juin.

Le numéro deux du secteur Ford s'est apprécié de 2,80% à 16,18 dollars, porté par l'annonce d'un bond de plus de 13% de ses ventes.

Le numéro un mondial General Motors (GM) qui a vu ses ventes dépasser nettement les attentes le mois dernier, a gagné 0,29% à 34,10 dollars. Le constructeur a aussi fait part dans la matinée d'un projet de développement en commun avec le Japonais Honda de technologies de piles à combustible.

Dans le secteur technologique, le marché a continué à célébrer l'annonce de l'arrivée d'un nouveau patron à la tête de l'éditeur de jeux en difficulté Zynga (+6,51% à 3,27 dollars): Don Mattrick, jusque-là responsable de la console Xbox de Microsoft.

Le groupe de médias et de loisirs Disney a reculé de 1,05% à 63,26 dollars après avoir fait part lundi soir du prolongement jusque fin 2016 du contrat de son PDG Robert Iger.

Les résultats trimestriels décevants de Constellation Brands, un groupe de boissons alcoolisées, ont fait baisser le titre du groupe de 3,57% à 51,25 dollars.

Le marché obligataire a progressé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,469% contre 2,490% lundi soir, et celui à 30 ans à 3,469% contre 3,489%.

Nasdaq Nyse