Rémunération: L’écart entre les patrons et les patronnes du privé s’accentue

Mathieu Bruckmüller

— 

Bourses en berne 
Bourses en berne  — Petros Giannakouris/AP/SIPA

Dans le privé, les patronnes sont bien moins payées que les patrons. Alors que le gouvernement présente mercredi un projet de loi sur l’égalité hommes-femmes, une étude dévoilée ce mardi, basée sur 400 dirigeants d’entreprises cotées en Bourse dont 22 femmes, constate que la rémunération totale de ces dernières ne représente en moyenne que 59% de celle des hommes, contre 66% en 2011.

Le sommet de la pyramide très inégalitaire

A la lumière de cette enquête d’ATH, une association qui regroupe 25 cabinets d’audit et de conseil, le fossé est donc encore plus important au sommet de la hiérarchie. En effet, d’après les dernières données de la Dares, la division statistique du ministère du Travail, en 2009, les femmes cadres gagnent 22,3% de moins que  les hommes dans le secteur privé ou semi-public, 21,9% de moins dans le secteur public hospitalier, 15,2% de moins dans la fonction publique d’Etat et 16% de moins dans la territoriale.

En prenant en compte l’ensemble des salariés du privé, l’écart tombe à 19,7%. Elle est encore plus mince dans la fonction publique d’Etat (-13,9%) ou territoriale (-10,6%).

Des salaires en hausse depuis cinq ans

L’étude d’ATH note par ailleurs que la rémunération totale médiane des dirigeants, hors CAC 40 et assurances, se situe à 351.000 euros en 2012, soit une augmentation de 17% sur cinq ans. C’est quatre points de moins que les patrons de l’indice phare de la place de Paris qui gagnent 21% depuis le début de la crise de 2008 à 2,32 millions d’euros en moyenne.

De plus, si la taxe à 75% des hauts revenus supérieurs à 1 million d’euros était confirmée pour 2014, elle toucherait 46 dirigeants sur 388 du panel ATH soit moins de 12%. L’impact financier pour les 41 sociétés auxquelles appartiennent ces dirigeants s’établirait ainsi à 23 millions d’euros.