Etude: 27% des Français seraient prêts à se brouiller avec l’Allemagne pour s’opposer à la rigueur

ECONOMIE Mais une majorité de Français est favorable aux mesures de rigueur économique demandées par l'Allemagne, selon un sondage Ifop...

A.Ch.

— 

Angela Merkel et François Hollande le 23 août 2012 à Berlin.
Angela Merkel et François Hollande le 23 août 2012 à Berlin. — Markus Schreiber/AP/SIPA

Les Français sont plutôt favorables à la rigueur, mais ceux qui souhaitent au contraire une politique de relance économique sont prêts à sacrifier pour cela l’amitié franco-allemande. Un sondage Ifop pour le site Atlantico  révèle que 68% des Français sont plutôt favorables aux mesures de réduction des dépenses publiques demandées par l’Allemagne aux pays de l’Union européenne mais parmi les 32% qui préfèreraient que la France s’engage dans une politique de relance, 85% seraient prêts à jeter un voile sur l’amitié franco-allemande.

Le clivage gauche-droite est nettement marqué: ainsi, «si une majorité de Français est favorable à la rigueur, la gauche est très partagée et une partie de son électorat est même radicalisée car prête à rompre avec l’Allemagne», commente Jérôme Fourquet, directeur du Département opinion publique à l’IFOP. «Depuis la crise de la zone euro, la question de l’attachement à l’Europe et au couple franco-allemand et la question de la politique économique et de la gestion des déficits sont intimement mêlées».

Pour Henrik Uterwedde, politologue et directeur adjoint de l'Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg, l’adhésion de la majorité des Français à la politique de rigueur «est un flagrant démenti de la thèse du diktat allemand: la grande majorité des Français sait que le surendettement, problème structurel comme la compétitivité, doit être combattu non pas parce que l’Allemagne le demanderait mais parce qu’il menace l’avenir de l’économie française», explique-t-il au site Atlantico.

 

Ifop : Les Français et la rigueur en Europe publié par Fil_Economie