Le nombre de demandeurs d'emploi s'est stabilisé au mois de mai

SOCIAL Ils étaient 4.795.600 inscrits à Pôle emploi le mois dernier...

Mathieu Bruckmüller

— 

Un bureau du Pôle emploi à Bordeaux.
Un bureau du Pôle emploi à Bordeaux. — SEBASTIEN ORTOLA/20 MINUTES

Une première depuis octobre 2010. Si en mai, le nombre de chômeurs en catégorie A (sans aucune activité) est resté stable avec seulement 100 demandeurs d’emploi de plus pour un total de 3.264.500, un record. Mieux en incluant les personnes ayant effectué une activité réduite (catégories B et C), il a diminué de 0,1% soit 3.600 de moins. En France métropolitaine, Pôle emploi comptait donc 4.795.600 inscrits en France métropolitaine fin mai 2013 (5.093.200 en France y compris Dom).

Le remède des contrats aidés

Pas de triomphalisme cependant du côté du gouvernement. «Venant après une progression particulièrement forte en mars et avril, cette stabilisation de mai s’inscrit dans une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir», prévient le ministère du Travail. Malgré tout, l’exécutif parie toujours sur une inversion de la courbe du chômage d’ici la fin de l’année. Impossible en théorie alors que l’activité économique est nulle. Car non seulement l’Insee table sur 114.000 destructions d’emploi cette année, mais en plus la population dite active va grossir de 120.000 personnes, soit plus de 230.000 postes à trouver.

En l’absence de croissance, Michel Sapin mise notamment sur la formation des chômeurs, ce qui permet de les faire passer de la catégorie A, la plus visible, à la catégorie D;  mais avant tout sur les emplois aidés. 340.000 étaient programmés à l’origine. Désormais, ils seront 540.000 d’ici la fin de l’année dont 100.000 emplois d’avenir. Et alors que près de 300.000 postes ne seraient pas pourvus sur le marché du travail fautede personnes qualifiées, le Premier ministre veut voir rapidement former 30.000 chômeurs. Résultat, ils ne seront plus comptabilisés comme chômeurs de catégorie A, la plus visible, mais  inscrits en catégorie D.

Démarrage poussif pour les emplois d'avenir

La montée en charge du dernier dispositif est poussive. «Les employeurs ont des réticences à embaucher des jeunes non qualifiés», confirme l’économiste Henri Sterdyniak. De son côté, Jean-François Copé, président de l'UMP, met en garde contre «un plan caché» pour inverser la courbe du chômage d'ici fin 2013, consistant, selon lui, à faire baisser les statistiques «de manière artificielle». Réponse du ministre du Travail au Parisien: «Personne ne pense qu'on ne résoudra le chômage à moyen ou long terme qu'avec des emplois aidés!»

D’après l’Insee, s'il est «probable» d'avoir un trimestre de stagnation du chômage d'ici la fin de l'année, ce ne serait pas «un signe que le chômage a cessé d'augmenter». Même son de cloche du patron de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly pour qui si statistiquement le gouvernement pourrait peut-être se prévaloir d’une baisse du chômage, une baisse durable se fera par le retour de la croissance.  

Communiqué de Presse - Demandeurs d’emploi inscrits et offres collectées par Pôle emploi en mai 2013 (26/06/2013) publié par Fil_Economie