Dans les coulisses des soldes

Céline Boff

— 

Illustration soldes à Strasbourg, le 25 juin 2013.
Illustration soldes à Strasbourg, le 25 juin 2013. — GILLES VARELA/20 MINUTES

Dans cet entrepôt de Marly-la-Ville (Val d’Oise), l’ambiance est calme. Mais le lancement des soldes d’été va tout chambouler. Ce mercredi, les équipes de Brandalley, première galerie commerciale en ligne, devront traiter cinq fois plus de commandes que d’habitude.

«C’est la journée à ne pas manquer. Car dès le deuxième jour, les ventes commencent à diminuer», avance Alexandre Baron, directeur de la logistique. Ca n’angoisse pas Majla, 46 ans, opératrice: «Les soldes, c’est plus de travail, mais nous sommes plus nombreux». Une soixantaine d’intérimaires ont été recrutés pour épauler les 80 salariés de l’entrepôt. «C’est l’occasion de nouvelles rencontres et parfois de retrouvailles… C’est plutôt sympa», ajoute Rosyne, 42 ans.

«C’est toujours un petit challenge!»

«Il y a deux ans, toutes les opérations étaient réalisées manuellement. Il y avait des chariots partout et l’entrepôt arrivait facilement à saturation», explique Alexandre Baron. Maintenant, il y a la trieuse. Une gigantesque machine capable de préparer les commandes des internautes, à un rythme de 4.000 pièces par heure.

«L’enjeu ce mercredi, c’est de bien encadrer les intérimaires. Il ne faut pas être en retard, mais il ne faut pas non plus renier sur la qualité… Les soldes, c’est toujours un petit challenge!», sourit Emmanuel, 37 ans, l’un des chefs. A quelques kilomètres de là, au siège parisien, les équipes procèdent aux derniers réglages. Tout est presque prêt et, comme dans les autres enseignes, les soldes vont démarrer très fort, avec «des rabais jusqu’à -80%», avance Stéphane Malherbe, directeur catalogue.

«On n’est jamais à l’abri du petit couac»

Les produits les plus recherchés devraient être les sandales, les jeans et les tee-shirts. Mais les best-sellers, tels que les bracelets Hipanema, ne seront pas soldés… «A 10h, je saurai déjà si la journée se terminera bien», assure Stéphane Malherbe. Et à la fin de celle-ci, il pourra commencer à se pencher sur la deuxième démarque.

Ce mercredi, l’un des premiers arrivés au bureau sera Laurent Blondin, responsable des réseaux. «Le site s’apprête à accueillir 1,8 millions de visiteurs dès le premier jour…», explique-t-il. «L’angoisse, ce n’est pas le bug, car nous avons mis en place de nombreux systèmes d’alerte. Mais on n’est jamais à l’abri du petit couac, de la requête un peu longue à s’exécuter…». Si les sondages s’accordent à dire que les Français seront peu dépensiers cette année, Brandalley s’attend à des soldes de bonne tenue.

En France, les soldes en ligne avaient progressé de 10% l’été dernier par rapport à la même période 2011, selon la Fevad, la fédération du e-commerce.