Dette: les taux continuent à progresser après la Fed

© 2013 AFP

— 

Les taux sur le marché de la dette européenne continuaient à se tendre vendredi, dans un environnement financier perturbé par la fin annoncé des mesures d'aide à l'économie de la banque centrale américaine (Fed).
Les taux sur le marché de la dette européenne continuaient à se tendre vendredi, dans un environnement financier perturbé par la fin annoncé des mesures d'aide à l'économie de la banque centrale américaine (Fed). — Getty Images

Les taux sur le marché de la dette européenne continuaient à se tendre vendredi, dans un environnement financier perturbé par la fin annoncé des mesures d'aide à l'économie de la banque centrale américaine (Fed).

Les taux des dettes des pays solides (notés Triple A) comme ceux des pays périphériques, assimilés à des actifs risqués, évoluaient à la hausse, suivant ainsi la hausse des taux courts dans la perspective d'un assèchement des liquidités après la décision de la Fed de resserrer sa politique monétaire.

Vers 18H00 (16H00 GMT), le taux à 10 ans de l'Espagne, qui évolue en sens inverse de la demande, se tendait à 4,912% contre 4,854%, jeudi sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

De son côté, le taux de l'Italie montait à 4,619%, contre 4,545% la veille.

Même mouvements de hausse sur la dette à 10 ans de l'Allemagne dont le taux est passé à 1,725%, contre 1,665% jeudi et sur l'emprunt français de référence qui s'est inscrit à 2,320%, contre 2,266% jeudi.

A la Société Générale, on souligne que «les importants flux vendeurs observés sur les obligations et notamment sur les +Treasuries+ (dette américaine) est un avant-goût d'une détérioration plus marquée sur le marché obligataire au second semestre».

La perspective d'un resserrement monétaire aux Etats-Unis crée une tension généralisée sur les taux. «Toutes les classes d'actifs sont touchés autant les dettes des pays périphériques qui sont considérés comme des placements risqués que les dettes des pays sûrs dont les taux progressent par mimétisme avec les taux américains», explique Frédéric Rollin analyste chez Pictet.

«Mais à plus long terme nous devrions assister à un rééquilibrage des portefeuilles avec des investisseurs qui vont revenir se placer sur les dettes sûres (OAT, Bund, notamment) et leurs taux devraient se détendre», poursuit-il.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a indiqué explicitement mercredi soir que l'institution, encouragée par de meilleures perspectives économiques, pourrait réduire dès cette année le montant des titres qu'elle rachète sur le marché et y mettre définitivement un terme en 2014.

Hors zone euro, le taux britannique à 10 ans s'est inscrit à 2,404%, contre 2,294% la veille.

Aux Etats-Unis, le taux à 10 ans s'affichait à 2,502%, contre 2,414% jeudi tandis que celui à 30 ans s'établissait 3,562%, contre 3,512% la veille. Le taux à 3 mois a fléchi à 0,04% contre 0,05%.

Sur le marché interbancaire, l'Euribor est remonté à 0,216% contre 0,214% et le Libor était stable à 0,272%.