Pourquoi le pouvoir d’achat va augmenter en 2013

INDICATEUR L’Insee anticipe un rebond après le recul historique de l’an dernier...

Mathieu Bruckmüller

— 

Des pièces de monnaie en euro.
Des pièces de monnaie en euro. — Martin Ruetschi/AP/SIPA

Non, il n’y a pas d’erreur dans le titre de cet article. Le pouvoir d’achat moyen des Français va progresser cette année. Et c’est l’Insee qui le dit dans sa dernière note de conjoncture. Une bonne nouvelle après un recul historique de 0,9% en 2012.

Le chômage progresse

Plusieurs éléments expliquent ce retournement. Le principal, c’est le recul de l’inflation dont le rythme de croissance va passer de 1,8% l’an dernier à 0,9%. Ce recul est dû à la hausse du chômage à 11,1% d’ici la fin de l’année, une prévision qui met à mal la promesse du chef de l’Etat d’inverser sa courbe d’ici la fin de l’année. Mais aussi au ralentissement des salaires qui ne progresseraient que de 1,7% contre 2,1% en 2012, une tendance qui s’explique aussi par le gel du point d’indice dans la fonction publique. 

Malgré tout, dans le privé, certains pourront profiter de l’autorisation accordée jeudi par le Parlement sur proposition de François Hollande de débloquer la participation et intéressement (4,9 millions de salariés, pour un total de 7,4 milliards d'euros, ont bénéficié en 2010 d'un dispositif de participation aux bénéfices, et 4,6 millions de salariés, pour 7,1 milliards d'euros, de l'intéressement, certains d'entre eux bénéficiant des deux mécanismes) «jusqu'à 20.000 euros» pour «quelque achat que ce soit», afin de relancer la consommation.

La croissance des impôts diminue

Le repli de l’augmentation des prix s’ajoute à des prestations sociales reçues par les ménages qualifiés de «dynamiques» (+3,5% cette année). En revanche, la croissance des hausses d’impôts serait «moins soutenue qu’en 2012 (+4,6 % après +7,4 %). En effet, les recettes de l’impôt sur le revenu notamment «ralentiraient sur l’ensemble de l’année (+6,0 % après +10,2 %)» en raison de la dégradation des revenus des ménages.

«Comme en 2012, les nouvelles mesures d’impôts, prévues dans la Loi de Finances 2013 (notamment la non-indexation du barème de l’impôt sur le revenu, la création de la tranche à 45 % et la baisse du plafond du quotient familial), interviendraient principalement au second semestre 2013. En début d’année 2013, les impôts sur le revenu reculeraient donc par contrecoup de la fin d’année 2012 puis ils accéléreraient à nouveau vivement au second semestre», précise ainsi l’Insee.

INSEE : Note de conjoncture juin 2013 publié par Fil_Economie