La direction de la Fnac dément vouloir supprimer 600 postes

SOCIAL C'est pourtant ce qu'avance Le «Parisien-Aujourd'hui en France»...

avec AFP

— 

Un magasin Fnac à Montpellier (France) le 18 février 2010.
Un magasin Fnac à Montpellier (France) le 18 février 2010. — DAMOURETTE/SIPA

La Fnac, dont la mise en Bourse est prévue jeudi, envisage de supprimer 600 postes dans les mois à venir, selon des informations publiées lundi par Le Parisien mais démenties par un parole-parole du distributeur de biens culturels. La direction de la Fnac «table sur la suppression de 600 postes supplémentaires dans les mois à venir», a déclaré au Parisien un dirigeant de la filiale de Kering (ex-PPR) non identifié.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de l'enseigne a démenti «catégoriquement la suppression de 600 postes à la Fnac dans les mois à venir», tout en évoquant des négociations menées avec les partenaires sociaux qui, potentiellement, pourraient aboutir à la suppression de postes de disquaires.

«En aucun cas cette réflexion ne concerne 289 postes»

Le dirigeant de la Fnac cité par Le Parisien évoque deux plans, l'un baptisé Mars qui affecterait 289 disquaires et l'autre Phoenix qui concernerait tous les métiers (caissiers, libraires, techniciens, etc.) mais uniquement dans les dix magasins parisiens. Selon ce dirigeant, «les deux magasins les plus touchés seraient ceux du Forum des Halles, avec 100 postes en moins, et de Saint-Lazare».

La Fnac dément ceci avec force. «Il n'y a strictement aucun plan de suppression de postes dans les magasins parisiens», a affirmé à l'AFP le porte-parole. «Et concernant les disquaires, il y a une confusion avec des négociations entamées il y a 18 mois avec les partenaires sociaux dans le cadre d'une GPEC (gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences) qui vise à adapter les effectifs sur le marché du disque», a-t-il indiqué.

«En aucun cas cette réflexion ne concerne 289 postes, on est bien en-deçà d'un tel chiffre», a-t-il ajouté. Interrogé sur le fait que des postes de disquaires pourraient donc effectivement être supprimés, il a répondu: «Pour l'instant rien n'est arrêté et il n'y aura pas forcément un plan social. Nous recherchons toutes les solutions adaptées, y compris la polyvalence, des passerelles de métiers, etc.»

Un bénéfice net de 74,7 millions en 2010

La Fnac a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires de plus de 4 milliards d'euros (-2,5% sur un an) pour un résultat opérationnel courant en baisse de 23%, à 79 millions d'euros. Selon le prospectus de mise en Bourse, la perte nette (part du groupe) a plus que quadruplé en 2012, atteignant 141,7 millions d'euros, contre 28,2 millions en 2011 et un bénéfice net de 74,7 millions en 2010.

La Fnac, qui compte quelque 150 magasins en France et à l'international, avait présenté début 2012 un plan de 80 millions d'euros d'économies prévoyant la suppression de plus de 500 postes dans le monde, dont 310 en France dans les services administratifs via un plan de départs volontaires.