Grèce: Merkel incite Samaras à continuer les réformes

© 2013 AFP

— 

La chancelière Angela Merkel a manifesté dimanche au Premier ministre grec Antonis Samaras "son soutien" pour les réformes engagées et l'a incité à continuer, selon un communiqué du gouvernement allemand.
La chancelière Angela Merkel a manifesté dimanche au Premier ministre grec Antonis Samaras "son soutien" pour les réformes engagées et l'a incité à continuer, selon un communiqué du gouvernement allemand. — John Macdougall AFP

La chancelière Angela Merkel a manifesté dimanche au Premier ministre grec Antonis Samaras «son soutien» pour les réformes engagées et l'a incité à continuer, selon un communiqué du gouvernement allemand.

Mme Merkel, qui s'est entretenue au téléphone dimanche après-midi avec M. Samaras, «a exprimé son respect et son soutien pour la politique de réformes claire du gouvernement grec», selon le communiqué.

«La Grèce a déjà fait de sensibles progrès et est déjà aujourd'hui dans une situation bien meilleure, sur beaucoup de points, qu'il y a encore quelques mois», indique le porte-parole du gouvernement allemand dans le communiqué.

«Maintenant, il est particulièrement important de mettre en oeuvre tout ce qui a été convenu avec la Troïka (des bailleurs de fonds internationaux de la Grèce --UE-BCE-FMI--, ndlr), aussi en ce qui concerne le service public, pour continuer sur la voie du succès», ajoute-t-il.

Dimanche, M. Samaras avait indiqué que la fermeture soudaine de la radiotélévision publique ERT, entraînant le licenciement d'environ 2.700 employés, s'inscrit dans le cadre des engagements de la Grèce pour poursuivre les réformes et réduire le secteur public.

Une réunion cruciale est prévue lundi soir entre M. Samaras et les chefs du Pasok et du Dimar, Evangélos Vénizélos et Fotis Kouvelis pour tenter de résoudre l'imbroglio provoqué au sein de la coalition gouvernementale, formée il y a juste un an sur fond d'une crise politique et économique grave.

Alors que des rassemblements en faveur de la réouverture de la ERT continuent pour la sixième journée consécutive à Athènes et dans d'autres villes, certains analystes craignent une nouvelle crise politique dans le pays, plongé pour la sixième année consécutive dans la récession.