Bien-être au travail: «Les salariés veulent se sentir concernés par le projet de leur entreprise»

TRAVAIL Cette semaine débute la dixième édition de la semaine pour la qualité de vie au travail. L'occasion d'ouvrir le débat et de diffuser les initiatives et les bonnes pratiques sur ce sujet...

Bertrand de Volontat

— 

 Illustration: des employés dans une entreprise en open space
 Illustration: des employés dans une entreprise en open space — MEIGNEUX/SIPA

Améliorer la situation des salariés et l’efficacité des entreprises sont deux objectifs devenus indissociables. Mais comment? Dominique Vandroz, Directeur général adjoint de l'Anact, l’agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail, organise à partir de ce lundi la 10ème édition de la semaine pour la qualité de vie au travail. Il évoque pour 20 Minutes la place que doivent prendre désormais les bonnes pratiques sur les conditions de travail.

Qu’est ce qui a changé ces dernières années dans votre approche du bien-être au travail?

Quand nous avons débuté il y a dix ans, le bien-être en entreprise était un objet de communication focalisé sur les bonnes pratiques à suivre en entreprise. Depuis trois ans, nous avons ressenti une véritable évolution dans les demandes des entreprises qui s'intéressent de plus en plus au bien être des salariés malgré la morosité économique et les problématiques liée à l’emploi. Nous notons souvent dans les entreprises un véritable divorce entre la stratégie voulue et l’organisation du travail mise en place. Notre objectif, en aidant les entreprises à leur qualité de vie au travail est de limiter les risques psychosociaux et de burnout qui découlent de cette situation. Les salariés veulent davantage participer et se sentir concernés par le projet de leur entreprise. Pour les salariés, être mieux au travail c'est avoir la possibilité de s'engager dans son travail, être respecté, reconnu et pas seulement disposer de facilités comme des conciergeries ou des salles de gymnastique dans l'entreprise. Cela demande des changements profonds, pas des actions cosmétiques. 

Comment être sûr que votre démarche ait des répercutions concrètes?

Dans les semaines à venir, les négociations en cours depuis neuf mois pour obtenir un accord national interprofessionnel sur la question de la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle devrait être signé. Il est question de rapprocher qualité de vie au travail et performance des salariés et de l’entreprise, de travailler sur l’égalité entre hommes et femmes et sur le management orienté vers le soutien des équipes. Les partenaires sociaux estiment que le bien-être au travail peut etre l'une des solutions pour sortir de la crise.

Sentez-vous un véritable investissement de la part des entreprises françaises?

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à engager des démarches de qualité de vie au travail. Ce phénomène parti des grandes entreprises se répand dans les petites. Cet intérêt est plus marqué dans les entreprises de services en raison du lien direct en qualité du service rendu et qualité du travail nécessaire pour produire ce service. Le bien-être au travail est un marché qui se développe et voit de nombreux acteurs proposer des offres qui gagnent en qualité. A ce titre, les mutuelles ont par exemple un vrai rôle à jouer dans la prévention.