Paris en ligne: «Ce n'est pas qu'un milieu d'hommes»

Bertrand de Volontat

— 

Le pari hippique, du bar au web, reste un succès auprès des Français
Le pari hippique, du bar au web, reste un succès auprès des Français — BORDAS

Milieu de geeks, du jeu, de l’argent, de l’Internet: les paris en lignes ne sont généralement pas associés aux femmes. Pourtant en 2012, 18% des parieurs hippiques en ligne étaient des femmes (75.000 comptes chez zeturf.fr par exemple), selon les chiffres de l’Arjel. En progression, les parieuses Web existent et se portent bien. A 300 euros par mois gagnés en moyenne dans une ambiance chaleureuse, il n’y a pas de raison de ne pas se sentir accepter. Danielle, turfeuse inscrite sur le site zeturf.fr sous le pseudo de FraiseTagada, en fait le témoignage à 20 Minutes à l’occasion des trois ans de la libéralisation des paris en ligne en France.

Pourquoi vous être mise à parier en ligne, une démarche plutôt rare chez les femmes?

J’ai toujours eu plus ou moins l’envie de jouer. Excepté un quinté de temps à autre avec des amis le week-end, j’ai participé à des grands prix mais j’ai réellement débuté à parier en ligne. Ce qui me plaît justement est de ne pas avoir à entrer dans un bar PMU car c’est un milieu exclusivement masculin. Il y a aussi beaucoup d’hommes en ligne mais je peux y rencontrer d’autres turfeuses sur le forum du site et même m’en faire des amies. Ce n’est pas qu’un milieu d’hommes.

N’avez-vous pas justement l’impression d’empiéter sur les plates-bandes d’une activité masculine?

Je n’ai subi aucun sentiment d’exclusion de la part des hommes. Au contraire, je ne connaissais rien au fonctionnement au départ, mis à part ma connaissance de l’hippisme, et j’ai été très bien accueillie. Les gens sont corrects malgré le fait que ça se passe sur Internet. Il n’y a pas de mots déplacés ni de barrières, je pense simplement que les femmes n’osent pas. Ce serait bien qu’on soit plus nombreuses. J’invite les femmes à venir voir et à embrasser ma démarche.

Une parieuse en ligne a-t-elle un profil atypique? Le sport féminin joue-t-il par exemple un rôle important dans votre démarche?

Je ne parie pas sur l’hippisme féminin, je ne pense pas que ce soit un critère d’attractivité. Je suis là par amour des chevaux et le gain d’argent. Je suis raisonnable dans le jeu mais quand je gagne plus je joue plus (chez zeturf.fr, la mise moyenne par mois d’une e-parieuse est comprise entre 200 et 250 euros, ndlr). Et je joue en fonction de mes écuries préférées ou même en fonction du nom du cheval, si je l’aime bien ou non. Je ne joue pas sur le quinté en ligne, c’est trop compliqué, je m’en tiens à des paris plus simples, avec moins de chevaux.

Après l’hippisme, seriez-vous tentée de vous lancer dans d’autres types de paris?

Les autres paris en ligne ne m’intéressent pas. Mais je joue au loto de temps en temps et je vais jouer pour la cagnotte de 100 millions d’euros de ce vendredi!