Alstom rate les trains de banlieue

©2006 20 minutes

— 

Sauf coup de théâtre, les trains de banlieue parisiens sont passés sous le nez d'Alstom. C'est en effet le canadien Bombardier, et non le champion national, qui a remporté l'appel d'offres, avec un juteux contrat de 1,850 milliard d'euros à la clé, a laissé entendre hier le ministre des Transports, Dominique Perben. Le gouvernement en est réduit à espérer que le groupe canadien sous-traite une partie de la production en France... et à Alstom.

Ce dernier n'aurait pas présenté des prix aussi compétitifs que son rival. Cet échec a provoqué l'inquiétude des syndicats concernant l'avenir de ses 7 500 salariés. Géant mondial des équipements ferroviaires, Alstom a réalisé en 2005-2006 un chiffre d'affaires de 5,1 milliards d'euros.