La Bourse de Paris recule en début de séance au lendemain d'une nette hausse

© 2013 AFP

— 

La Bourse de Paris a terminé jeudi en baisse (-0,77%), dans un marché déçu par la prudence de la Banque centrale européenne (BCE) et les commentaires peu encourageants de son président sur les perspectives économiques en zone euro.
La Bourse de Paris a terminé jeudi en baisse (-0,77%), dans un marché déçu par la prudence de la Banque centrale européenne (BCE) et les commentaires peu encourageants de son président sur les perspectives économiques en zone euro. — Thomas Coex AFP

La Bourse de Paris évoluait en baisse mercredi matin (-0,90%), reprenant son souffle après avoir nettement progressé la veille, dans l'attente de statistiques en Allemagne et des recommandations de la Commission européenne aux États de l'UE.

A 09H37 (07H37 GMT), l'indice CAC 40 perdait 36,34 points à 4.014,22 points.

Le marché parisien marquait une pause après avoir avait gagné 1,39% la veille et signé un nouveau plus haut annuel en séance. Il ne profitait pas du nouveau record historique de l'indice Dow Jones à Wall Street mardi.

Pour autant, «l'appétit pour le risque va probablement rester présent étant donné qu'il y a peu de choses à l'agenda susceptibles d'enrayer la hausse» des marchés, soulignent les économistes chez Crédit Agricole CIB.

Les investisseurs profitent toujours des injections massives de liquidités des banques centrales dans le monde pour acheter des actifs risqués, comme les actions, jugés plus rentables.

Selon les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC, pour que la hausse du marché se poursuive, «il est nécessaire d'anticiper la combinaison de deux facteurs», à savoir «le maintien des politiques monétaires accommodantes» et «la confirmation que la croissance mondiale a atteint son point bas».

Les investisseurs surveilleront à cet égard dans la matinée la présentation par l'OCDE de ses dernières perspectives économiques, (11H00).

De son côté, le Fonds monétaire international (FMI) a abaissé de 8% à «environ 7,75%» sa prévision de croissance pour la Chine en 2013, ce qui devrait conforter l'idée du marché d'un ralentissement d'un des moteurs de l'économie mondiale.

Parmi les autres rendez-vous de mercredi, les marchés vont regarder dans l'après-midi les recommandations de la Commission européenne pour 2013 aux Etats de l'UE.

Pour Michael Hewson, analyse chez CMC Markets, il sera particulièrement intéressant de voir «quelles conditions la Commission va imposer à la France et à l'Espagne en échange d'un délai pour réduire leur déficit sous 3%» du PIB.

Côté indicateur, l'Allemagne retiendra l'attention avec les chiffres du chômage et de l'inflation pour mai. Aucune autre statistique significative n'est au programme en particulier aux Etats-Unis.

Parmi les valeurs, PSA Peugeot Citroën était en forte baisse (-3,26% à 7,12 euros) après des informations de presse évoquant une nouvelle augmentation de capital. Le titre ne profitait pas d'un relèvement de recommandation à «neutre», contre «sous-pondérer» auparavant par les analystes de la banque britannique HSBC.

Technicolor (-3,00% à 3,23 euros) était pénalisé par une recommandation défavorable des analystes de la banque américaine Goldman Sachs qui sont passés à «neutre», contre «acheter» auparavant.

Plusieurs valeurs cycliques, dépendantes de la conjoncture, tiraient le marché vers le bas, comme Vinci (-1,49% à 38,72 euros), Schneider Electric (-1,52% à 60,38 euros), Saint-Gobain (-1,01% à 32,71 euros) et Vallourec (-1,01% à 43,03 euros).

Dassault Systèmes (-0,27% à 93,82 euros) résistait après l'acquisition de la société américaine Apriso, spécialisée dans les logiciels de gestion d'opérations industrielles, pour environ 205 millions de dollars (159 millions d'euros).

Cellectis était en forte hausse (+2,48% à 5,78 euros) après avoir annoncé l'obtention d'un troisième brevet aux Etats-Unis pour sa technologie d'intervention sur l'ADN, commercialisée sous la marque TALEN.

Heurtey Petrochem prenait 0,41% à 27,18 euros. La société a décroché son deuxième gros contrat en l'espace d'une semaine, avec une commande de 31 millions d'euros du groupe pétrolier indien Reliance Industries.

Solucom bondissait (+9,27% à 21,10 euros). Le groupe a annoncé vouloir rester à l'offensive en dépit d'une conjoncture très incertaine, qui ne l'a pas empêché d'accroître de 48% ses résultats annuels.

Transgene gagnait 0,53% à 9,55 euros après avoir participé à une augmentation de capital de son partenaire américain Jennerex.

 

Euronext (CAC 40)