Club Med garde le cap sur la Chine

TOURISME Soutenus par la direction, les deux principaux actionnaires du groupe de tourisme, le français Axa Private Equity (APE) et le chinois Fosun, ont annoncé lundi leur intention de déposer une OPA amicale...

Claire Planchard

— 

Henri Giscard d'Estaing, le PDG de Club Med en 2009.
Henri Giscard d'Estaing, le PDG de Club Med en 2009. — MEIGNEUX/SIPA

La Chine réussit au Club Med et il le lui rend bien. Le groupe, qui a renoué avec la rentabilité en 2011 grâce à sa stratégie de montée en gamme et d’internationalisation, pourrait renforcer dans les semaines qui viennent ses liens capitalistiques avec son principal actionnaire, le conglomérat chinois Fosun.

Un contrôle français préservé

Entré au capital du Club Med en 2010 avant d’en devenir le premier actionnaire en mai 2012, Fosun a en effet annoncé ce lundi avec le français Axa Private Equity, deuxième actionnaire du Club Med, son intention de déposer un projet d'offre publique d’acquisition «amical» sur la marque au trident.

Le conseil d'administration de Club Med a indiqué qu’il se prononcerait plus tard sur cette offre. Mais dès sa publication, l’annonce a fait grimper le titre de Club Med de plus de 20% à l’ouverture de la Bourse de Paris. En cas de succès, cette opération qui valorise le groupe 540,6 millions d'euros (contre 435,6 millions d'euros au cours précédent) ne marquerait pas une révolution mais un approfondissement de la stratégie amorcée depuis 2004.

Côté gouvernance, l’OPA n'entend pas en effet remettre en cause le contrôle majoritairement français de l'entreprise. Le management élargi de Club Med sera ainsi invité à investir dans le capital du groupe au cours de l'opération. Son PDG Henri Giscard d'Estaing devrait aussi rester aux manettes du groupe de 80 villages vacances, tout comme Michel Wolfovski son directeur général délégué.

La Chine, 2e marché derrière la France en 2015

Côté développements, les ambitions affichées du groupe dans les pays émergents devraient se trouver renforcées, notamment en Chine. Après avoir ouvert une station de ski à Yabuli (nord-est), un village à Guillin (sud) et un troisième sur l’île de Sanya (extrême-sud), le groupe a pour objectif de faire du pays son deuxième marché après la France à l’horizon 2015 avec 200.000 clients (contre 86.000 en 2012) et deux villages supplémentaires.

Pour y parvenir, le Club Med avait annoncé fin 2012 le lancement dans les trois ans d’une nouvelle marque, «by Club Med» destinée à des «hôtels-resorts haut de gamme de grande capacité» à proximité des grandes agglomérations. La cible: la classe moyenne aisée et une clientèle business qui explosent alors que les capacités touristiques chinoises restent encore limitées.

Autre marché prioritaire: le Brésil. Fort de 84.000 clients et de trois villages dans le pays en 2012, le groupe espère atteindre 117.000 clients et doper les capacités de ses villages de 20% d'ici 2015. Plus globalement, face à un marché européen du tourisme en berne, le Club Med souhaite qu’à cet horizon, les «pays à fort développement» représentent 1/3 de sa clientèle, contre 25% fin 2012.

OPA franco-chinoise : le titre Club Med s'envole en Bourse publié par Fil_Economie