Birmanie: le Premier ministre japonais promet «toute l'aide possible»

© 2013 AFP

— 

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a promis samedi "toute l'aide possible" de son pays au développement de la Birmanie au premier jour d'une visite axée sur l'économie, lors de laquelle il a notamment apporté son soutien à une zone industrielle majeure près de Rangoun.
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a promis samedi "toute l'aide possible" de son pays au développement de la Birmanie au premier jour d'une visite axée sur l'économie, lors de laquelle il a notamment apporté son soutien à une zone industrielle majeure près de Rangoun. — Ye Aung Thu AFP

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a promis samedi «toute l'aide possible» de son pays au développement de la Birmanie au premier jour d'une visite axée sur l'économie, lors de laquelle il a notamment apporté son soutien à une zone industrielle majeure près de Rangoun.

M. Abe a visité le site de cette future zone économique spéciale (ZES) de Thilawa qui couvrira 2.400 hectares, avec notamment un port et un parc industriel.

«Le développement de Thilawa symbolise la coopération entre la Birmanie et le Japon et ouvre la voie à l'emploi. Il doit être un succès, à tout prix», a déclaré le Premier ministre nippon un peu plus tard lors d'un discours devant des responsables économiques à Rangoun.

«Le gouvernement japonais est prêt à apporter toute l'aide possible» à la Birmanie, a-t-il ajouté, selon la traduction officielle en anglais.

«Le Japon est heureux de soutenir la construction de la nation en Birmanie», a-t-il encore indiqué, avant un entretien prévu avec la leader de l'opposition Aung San Suu Kyi.

«La ZES de Thilawa est une pierre angulaire dans les relations entre les deux gouvernements et le secteur privé», a commenté de son côté Set Aung, vice-ministre birman du Plan et du Développement économique.

«Cela va créer des gains rapides pour le peuple birman et les hommes d'affaires japonais», en terme d'emplois et d'une «assistance technique» dont le pays a besoin, a-t-il ajouté, précisant qu'une étude d'impact environnemental devrait être terminée d'ici août.

Tokyo et Naypyidaw s'étaient mis d'accord en décembre pour lancer ce projet qui devrait être opérationnel en 2015.

D'après le quotidien japonais Nikkei, Shinzo Abe, accompagné d'une délégation d'hommes d'affaires comprenant les dirigeants de géants japonais du commerce et des infrastructures, devrait annoncer lors de son voyage une enveloppe d'aide de 100 milliards de yens (760 millions d'euros).

Il pourrait également annoncer un plan d'amélioration du réseau électrique birman, via des entreprises japonaises.

Sa visite, la première d'un chef de gouvernement nippon en Birmanie depuis 1977, intervient alors que le pays riche en ressources naturelles, qui sort d'un demi-siècle de dictature militaire, attise les convoitises des investisseurs étrangers.

Contrairement aux pays occidentaux, le Japon a toujours gardé des relations commerciales avec la Birmanie du temps de la junte militaire, estimant que couper les ponts reviendrait à la pousser dans les bras de la Chine voisine.

Depuis la dissolution de la junte en mars 2011, la grande majorité des sanctions occidentales ont été levées pour récompenser les réformes spectaculaires du président Thein Sein, que M. Abe doit rencontrer dimanche dans la capitale Naypyidaw.