Cambodge: Deuxième accident en quatre jours dans une nouvelle usine textile, 23 blessés

INDUSTRIE Il s'agit du troisième accident du genre en un mois, pour l'heure le moins meurtrier...

20 Minutes avec AFP
— 
Un atelier de textile à Dacca (Bangladesh), le 11 mai 2013.
Un atelier de textile à Dacca (Bangladesh), le 11 mai 2013. — ZEPPELIN / SIPA

Au moins 23 ouvriers ont été blessés ce lundi au Cambodge  lorsqu'une dépendance d'une usine textile s'est effondrée, a indiqué la  police, quelques jours après la mort de deux personnes lors d'un  accident dans un autre établissement du secteur.

L'accident s'est produit lundi en milieu de journée dans un  bâtiment en béton et métal où les ouvriers prenaient leur pause-déjeuner  de l'une «Top World» de Phnom Penh. «L'abri était vieux et il s'est effondré dans le lac pendant  que les ouvriers étaient en train de déjeuner», a déclaré à l'AFP Hy  Narin, un responsable de la police locale.

«Personne n'est mort mais 23 ouvriers ont été blessés» et conduits à l'hôpital, a-t-il ajouté. Selon des témoins, les secours étaient toujours sur les lieux  lundi après-midi pour s'assurer que personne ne soit prisonnier des  décombres.

L'usine produit des vêtements pour le géant suédois H&M,  selon Ath Thun, président de la Confédération cambodgienne du travail. «Avec ce dernier incident, nous sommes inquiets pour la sécurité des ouvriers du textile», a-t-il déclaré à l'AFP.

Jeudi dernier, le plafond d'une usine de chaussures de la province de Kampong Speu s'était effondré, tuant deux personnes. En avril, le tragique effondrement d'un immeuble abritant des  ateliers de production textile au Bangladesh avait fait 1.127 morts,  révélant les piètres conditions de travail des ouvriers de la confection  dans certains pays asiatiques.

Les exportations de textile ont rapporté 4,6 milliards de dollars au Cambodge l'an dernier. Quelque 650.000 ouvriers travaillent dans le secteur, dont  400.000 pour des sociétés exportatrices. Mais des scènes  d'évanouissements collectifs ont tiré la sonnette d'alarme depuis deux  ans, sur fond de sous-alimentation, de surmenage et de mauvaise  ventilation des ateliers.