Le budget vacances d’été des Français en baisse de 12% en 2013

TOURISME Il atteint 1.015 euros en moyenne selon le dernier baromètre de Sofinco...

M.B.

— 

Emploi, tourisme, retraite au soleil, la région d'Antibes (Alpes-maritimes) est l'une des plus attractives de France.
Emploi, tourisme, retraite au soleil, la région d'Antibes (Alpes-maritimes) est l'une des plus attractives de France. — ANGOT/SIPA

Les ménages vont se serrer la ceinture pour les vacances d’été. Selon le dernier baromètre Sofinscope dévoilé ce jeudi, 47% des Français envisagent de dépenser moins que les deux dernières années. Plus radical, 36% d’entre eux envisagent de ne pas partir du tout! Cette année, trois millions de Français de plus ont renoncé à partir en vacances indiquait, en mars une étude du cabinet Protourisme.

Mais qu’ils partent ou non, d’après Sofinscope, les sondés évaluent leur budget vacances à 1.015 euros, soit une baisse de 142 euros sur un an (-12%). Dans le détail, les 58% qui déclarent partir cet été disposent d’un budget de 1.402 euros (- 184 euros) contre 477 euros pour ceux qui resteront chez eux, soit là aussi un budget en baisse de 109 euros. Les foyers dont les revenus sont supérieurs à 3.500 euros sont moins touchés (- 17 euros).

Partir, mais réduire la durée

Pour les ménages qui vont partir, 13% se disent prêts à écourter la durée de leur séjour (+3 points par rapport à 2012), 32% à réduire leurs dépenses de loisirs, 30% à privilégier les bonnes affaires, 29% à choisir une destination moins onéreuse et 25% à dépenser moins pour le logement, premier poste de dépense (30%) devant l’alimentation (27,8%), le transport (23%).

Bonne nouvelle cependant, il semble que les professionnels du tourisme aient décidé de baisser leurs prix. Ainsi, selon les derniers chiffres de l’Insee publiés mercredi, en avril, le prix des résidences de vacances est en baisse de 2,5% sur un an et de 2,7% pour le transport aérien.

Par ailleurs, si 47% des Franciliens envisagent de s’échapper trois semaines ou plus, en province ce chiffre tombe à 29%. Parmi les populations qui partent le plus longtemps, on retrouve les CSP+ (31% contre 22% pour les catégories populaires) ou encore les retraités (47%).