BCE: le patron de la Deutsche Bank critique la politique de taux faibles

© 2013 AFP

— 

Le patron de la Deutsche Bank, Jürgen Fitschen, a estimé que la politique de taux d'intérêt très faibles menée par la Banque centrale européenne (BCE) n'était pas saine, dans un entretien au journal dominical Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.
Le patron de la Deutsche Bank, Jürgen Fitschen, a estimé que la politique de taux d'intérêt très faibles menée par la Banque centrale européenne (BCE) n'était pas saine, dans un entretien au journal dominical Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung. — Karim Sahib AFP

Le patron de la Deutsche Bank, Jürgen Fitschen, a estimé que la politique de taux d'intérêt très faibles menée par la Banque centrale européenne (BCE) n'était pas saine, dans un entretien au journal dominical Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

«Les liquidités à bas prix de la BCE ne sont pas saines (...). Nous devons revenir le plus vite possible à des taux d'intérêts réels positifs», a déclaré M. Fitschen au journal.

L'institution monétaire de Francfort dispose de trois principaux taux d'intérêt, dont le taux directeur - qu'elle a abaissé jeudi de 0,75% à 0,50%, soit son plus bas niveau historique -, qui détermine le coût du refinancement auprès de la BCE sur les principales opérations de crédit.

Il y a également le taux de dépôt au jour le jour, auquel les banques privées peuvent placer de l'argent pour 24 heures auprès de la BCE; le taux de prêt marginal au jour le jour, auquel les banques peuvent emprunter auprès d'elle pour la même durée.

Jeudi, la BCE a également décidé d'abaisser d'un demi point son taux de prêt marginal, passé à 1% contre 1,50% auparavant. Elle a en revanche laissé inchangé le taux de dépôt au jour le jour, à 0%.

La baisse des taux d'intérêt, qui rend notamment l'épargne moins attractive car moins rémunératrice, pourrait toutefois inciter les Allemands à consommer davantage, ce qui pourrait soutenir la croissance.

«Nous avons toujours appelé de nos voeux un peu plus de consommation», a rappelé le dirigeant de Deutsche Bank, ajoutant qu'il n'aurait «absolument rien contre ça».