Dailymotion/Yahoo!: Pour Fleur Pellerin, l'opposition de Montebourg «aurait dû rester dans le secret des négociations commerciales»

POLEMIQUE Pour la ministre du Numérique, le groupe français n'a pas vocation à rester «franco-français»...

M.B.

— 

La ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin estime que Dailymotion, convoitée par l'Américain Yahoo!, n'a pas vocation à rester "franco-français", mais la cession de cette plate-forme vidéo doit être équilibrée et préserver les emplois et la technologie française.
La ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin estime que Dailymotion, convoitée par l'Américain Yahoo!, n'a pas vocation à rester "franco-français", mais la cession de cette plate-forme vidéo doit être équilibrée et préserver les emplois et la technologie française. — Bertrand Langlois AFP

L'avenir de Daylimotion vire au casse-tête pour Bercy. Yahoo! souhaitait racheter à France Télécom 75% du capital de sa filiale Dailymotion mais l'Etat, qui détient encore 27% du capital de l'opérateur historique, ne voulait pas aller plus loin que 50%.

Et après Arnaud Montebourg, c'est au tour de Fleur Pellerin d'entrer dans la danse. Pour la ministre de l'Economie numérique, dans un entretien au Journal du dimanche, si «l'Etat était légitime à faire connaître sa position dans ce dossier parce qu'il est l'actionnaire de référence d'Orange», les concessions que Arnaud Montebourg cherchait à obtenir de l'Américain «aurait dû rester dans le secret des négociations commerciales».

Couac gouvernemental

Une petite pic adressée au ministre du Redressement productif après le couac de jeudi où le ministre de l'Economie,Pierre Moscovici, avait déclaré ne pas avoir été «particulièrement impliqué» dans le dossier de l'éventuelle reprise de Dailymotion par Yahoo!, alors qu'Arnaud Montebourg, a affirmé qu'il était partie prenante. Ce dernier avait sifflé la fin de la récréation jeudi soir sur France 2, estimant que sa décision est une décision du gouvernement.

Une nouvelle preuve que sept ministres à Bercy, cela fait peut-être un peu beaucoup. Fleur Pellerin le reconnaît en creux. Sur les divergences de communication entre Arnaud Montebourg et  Pierre Moscovici, elle a indiqué que «99% du temps cela fonctionne bien» mais parfois «la communication n'est pas exactement alignée comme il aurait fallu qu'elle le soit».

Sur le fond du dossier, Fleur Pellerin reconnaît que «les pépites (françaises) ont du mal à grossir, il faut les aider», ajoutant ne pas être contre l'arrivée d'investisseurs étrangers aux côtés d'Orange, d'autant que le marché américain est «incontournable quand on veut devenir un acteur de référence international». Selon elle, Dailymotion, n'a pas vocation à rester «franco-français», mais la cession de cette plate-forme vidéo doit être équilibrée et préserver les emplois et la technologie française. Réfutant les critiques d'antiaméricanisme de la presse outre-Altantique, elle a souligné que l'«économie numérique n'est pas un village gaulois! Après, lorsqu'un deal ne nous convient pas et que nous sommes actionnaires, nous le disons».

«Ça n'a aucun sens que Dailymotion reste français»

«Nous avons envisagé plus de 60 partenaires potentiels en France et à l'étranger avant de nous focaliser sur Yahoo! Maintenant, nous allons reprendre nos recherches», a affirmé Stéphane Richard, le patron d'Orange, jeudi.  Pour Pierre Kosciusko-Morizet, le fondateur de Priceminister.com, l'avenir du site de vidéos en ligne passe forcément par l'international. L’entrepreneur a lâché sur Europe 1 vendredi matin: «Ça n'a aucun sens que Dailymotion reste français. C'est une boîte globale qui fait l'essentiel de son chiffre d'affaires hors de France. Elle a besoin d'un acteur mondial pour se développer. Si elle ne se vend pas, à Yahoo! ou à un autre, elle finira par mourir.»

Interrogé par Le Monde, Benoît Thieulin, président du Conseil national du numérique, a déclaré: «Dailymotion est une pépite stratégique qui a besoin d'un accord industriel. A-t-on exploré toutes les pistes? La France a de grands acteurs, tels TF1, Canal+ ou France Télévisions (…) Je suis convaincu qu'il y aura d'autres opportunités pour Dailymotion.» A en croire le site Wansquare, cité par Le Figaro, ce serait déjà le cas: le groupe Vivendi et la holding Le Monde Libre, détenue par Matthieu Pigasse, Xavier Niel et Pierre Bergé, seraient intéressés par la rachat de la part de France Télécom dans Dailymotion.