Bernard Thibault rempile à la tête d’une CGT en mutation

© 20 minutes

— 

Pas de surprise : Bernard Thibault devrait être réélu secrétaire général de la CGT, aujourd’hui, en clôture d’une semaine de congrès à Montpellier. Un deuxième mandat placé sous le signe du recentrage. Cette ligne ne fait pas l’unanimité. L’action de Bernard Thibault a été approuvée par près de 75 % des délégués au congrès. Un score inférieur de seize points à celui obtenu par son prédécesseur, Louis Viannet, en 1999. Certains délégués, dans la fonction publique notamment, s’inquiètent du « réformisme » adopté par la CGT, qui veut privilégier la négociation à la contestation et rechercher la concertation avec les autres syndicats. Malgré ces réticences, Bernard Thibault sort conforté du congrès. Près de 95 % des délégués ont ainsi approuvé son approche du dossier brûlant des retraites : la CGT ne demandera pas un retour à 37,5 années de cotisation, pour le privé comme le public, et concentrera ses efforts sur le droit au départ à la retraite à 60 ans. Et la direction du syndicat a refusé d’inscrire l’interdiction des licenciements dans sa liste de revendications.