La Belgique va engager de nouvelles privatisations-presse

Avec Reuters

— 

La Belgique va engager de nouvelles privatisations pour ramener maintenir son ratio d'endettement en deçà du seuil des 100% de son produit intérieur brut, a déclaré le ministre des Finances belge dans un entretien accordé à De Standaard.

Les propos tenus par Koen Geens surviennent peu après l'annonce d'un rachat par la Belgique d'une option d'achat à Ageas sur des actions BNP Paribas qui laisse entendre que le royaume pourrait chercher à céder tout ou partie des quelque 10,3% qu'il détient dans la banque française.

Le gouvernement a toutefois dit qu'il n'avait pas l'intention de céder cette participation dans l'immédiat. La Belgique a annoncé samedi la cession du portefeuille de crédits structurés détenu par Royal Park Investments (RPI), sa structure de défaisance, au fonds de capital investissement américain Lone Star et à Crédit Suisse. L'opération rapportera environ un milliard d'euros à l'Etat belge.

«Après cet accord, nous sommes, sur la base des paramètres actuels, à un endettement autour de 100,17%», a dit Koen Geens au Standaard. En reconnaissant que le ratio était supérieur à 100%, le ministre des Finances laisse entendre que d'autres opérations seraient nécessaires.

La participation dans BNP Paribas est évaluée autour de cinq milliards d'euros. La Belgique pourrait également décider de céder sa participation de 53,5% dans l'opérateur Belgacom valorisée à près de trois milliards d'euros.