Les biens immobiliers à Londres se vendent aussi vite qu'en 2007

Avec Reuters

— 

Les biens immobiliers londoniens s'échangent à une vitesse qui n'avait plus été observée depuis le pic atteint par le secteur en octobre 2007, juste avant la crise financière, montrent des chiffres publiés lundi par le cabinet Hometrack. Les domiciles londoniens ne sont restés en moyenne sur le marché que 4,6 semaines en avril. Fin 2008, à l'apogée de la crise financière, la durée moyenne sur le marché était de plus de huit semaines.

Les vendeurs ont obtenu en moyenne plus de 95% du prix qu'ils demandaient, ce qui constitue un autre record depuis 2007. Les prix de l'immobilier ont augmenté de 0,7% en avril dans la capitale britannique après une accélération semblable en mars, qui était la plus importante depuis février 2010. Sur l'ensemble de l'Angleterre et du Pays de Galles, les prix ont monté de 0,3% ce qui marque également la progression la plus rapide depuis trois ans.

Certains observateurs craignent que le programme «Help to Buy», présenté en mars par le gouvernement dans son budget 2013-2014, ainsi qu'un autre plan, lancé l'été dernier avec le concours de la Banque d'Angleterre, provoquent une nouvelle bulle des prix dans le secteur, en encourageant les prêts immobilier.

«Au cours de chacun des trois derniers mois, la hausse de l'offre n'a pas pu suivre le rythme de celle de la demande», souligne Richard Donnell, directeur de la recherche chez Hometrack.