Aux avant-postes de la crise

Services publics « 20 Minutes » s'est rendu à l'agence Pôle emploi de Lisieux, dans le Calvados

De notre envoyée spéciale à Lisieux (Calvados) Claire Planchard

— 

L'agence de Lisieux a renforcé le suivi des chômeurs les plus en difficulté.
L'agence de Lisieux a renforcé le suivi des chômeurs les plus en difficulté. — C. Planchard / 20 Minutes

«Aujourd'hui, l'objet de notre rendez-vous est de définir la fréquence et les modalités de nos contacts. » Au froncement de sourcils de Méliane, demandeuse d'emploi de 31 ans, Christelle, sa conseillère, comprend qu'il faut à nouveau lui expliquer les subtilités du « suivi différencié ». Depuis le 21 février, l'agence Pôle emploi de Lisieux (Calvados), 48 salariés pour 5 200 demandeurs d'emploi, est l'une des premières à déployer en France cet accompagnement qui concentre les moyens sur les profils les plus en difficulté.

« J'ai désormais le temps de connaître mes candidats »


« Le suivi mensuel personnalisé était philosophiquement louable. Mais avec des portefeuilles de 250 demandeurs par mois, ce n'était pas tenable », souligne Patricia Trannoy, la directrice de l'agence. Désormais, seuls les candidats les plus éloignés de l'emploi bénéficieront d'un suivi « renforcé » avec seulement 70 personnes par portefeuille. Une innovation bien accueillie dans cette agence où deux tiers des demandeurs ont un niveau CAP.

Dans un bureau, à l'écart de l'accueil, Sandrine, conseillère, prépare ses premiers rendez-vous : « J'ai désormais le temps de connaître mes candidats et j'espère avoir plus de latitude sur la durée des entretiens pour travailler un projet professionnel », observe-t-elle. Face à l'afflux d'inscriptions (+ 6, 2 % en 2012), le personnel n'est pas à l'abri de la colère de chômeurs désemparés. « Nous suivons tous une formation de gestion de l'agressivité et nous pouvons déclencher depuis nos claviers une procédure d'intervention en cas de situation difficile », ajoute Patricia Trannoy.

Mais l'enlisement de l'économie locale inquiète davantage les agents. « Mon vrai stress aujourd'hui, c'est qu'on va mettre en œuvre un accompagnement potentiellement efficace, mais l'activité économique doit être au rendez-vous », prévient Patricia Trannoy.

■ Série

Trop coûteux pour les uns, sacrifiés pour les autres… Les services publics sont aussi décriés que défendus. En pleine lutte contre les déficits, ils n'échappent pas aux coupes budgétaires. Mais à quoi ressemble le quotidien des agents ? Comment travaillent-ils et avec quels moyens? 20 Minutes vous propose chaque lundi une série de reportages.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.