La bataille sur les prix pèse sur le revenu de France Télécom-Orange

RESULTATS L'opérateur télécom a accusé une nouvelle chute de son revenu moyen par abonné dans la téléphonie mobile en France au premier trimestre et s'est montré peu optimiste sur ses prévisions de chiffre d'affaires pour l'ensemble de 2013 en raison d'une conjoncture morose...

Avec Reuters

— 

Le nouveau siege de la société de télécommunications Orange, le 14 janvier 2013.
Le nouveau siege de la société de télécommunications Orange, le 14 janvier 2013. — V. WARTNER / 20 MINUTES

La crise et la révolution Free Mobile continuent à peser sur les comptes de l'opérateur historique. Mercredi, le premier opérateur télécoms français a annoncé un recul de 4,1% de ses ventes au premier trimestre en données comparables, à 10,280 milliards d'euros, avec un repli marqué dans le segment des entreprises en raison d'une baisse de la demande.

Activité sous pression

Les ventes du quatrième opérateur européen reculent sur l'ensemble de ses principaux marchés dans le segment grand public, à l'exception notable de l'Espagne où il a bénéficié d'une forte croissance dans ses services fixes.

Son excédent brut d'exploitation (Ebitda) retraité recule de 6,6% à 3,124 milliards d'euros en données comparables, donnant une marge en recul de 0,8 point à 30,4%, une érosion limitée par des réductions de coûts.
Les analystes attendaient en moyenne un chiffre d'affaires de 10,35 milliards d'euros et un Ebitda de 3,12 milliards au premier trimestre, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

>> L'interview de Stéphane Richard, PDG d'Orange: «Orange se bat pour encaisser le choc»

«Depuis février, nous n'avons pas perçu de détérioration de notre position et nous avons mis en oeuvre ce que nous pouvions faire (...) sur la structure de coûts en considérant que l'évolution du chiffre d'affaires resterait sous pression sur l'année», a déclaré le directeur financier Gervais Pellissier lors d'une conférence téléphonique.

France Télécom a confirmé ses principaux objectifs pour 2013, dont un dividende stable à 0,80 euro par action au moins et un cash flow opérationnel supérieur à sept milliards d'euros, après avoir déjà engrangé 1,975 milliard au premier trimestre.

Le chiffre d'affaires mobile en recul de 8,1%

Dans les services mobiles en France, touchés de plein fouet par l'arrivée de Free Mobile (groupe Iliad ) début 2012, France Télécom accuse une baisse de 8,1% des son chiffre d'affaires en données comparables.

Le revenu moyen par abonné a chuté de 10,7% sur les trois premiers mois de l'année, avec une accélération de cette tendance au cours du trimestre à la suite de l'ajustement des tarifs de l'opérateur.

France Télécom a toutefois limité l'érosion de sa part de marché à 37,0% contre 37,3% au quatrième trimestre 2012 et Gervais Pellissier a noté une amélioration en termes de recrutements de clients depuis mars.

L'action a clôturé en hausse de 2,04% mardi à 7,797 euros, donnant une capitalisation de 20,65 milliards. Elle a perdu 6,5% depuis le début de l'année après avoir chuté de 31,3% en 2012.