Un enfant sur cinq est pauvre en France

ETUDE Selon l'Insee, le niveau de vie de 95% des Français a baissé en 2010 à cause de la crise...

Céline Boff

— 

En 2010, 444 000 personnes ont basculé sous le seuil de pauvreté (964 €/mois).
En 2010, 444 000 personnes ont basculé sous le seuil de pauvreté (964 €/mois). — A. GELEBART / 20 MINUTES

La crise a-t-elle affaibli les Français? En 2009, pas vraiment : leur niveau de vie avait, en moyenne, continué à progresser. Mais en 2010, tout a changé, comme le révèle une enquête de l'Insee, l'institut de la statistique. Certes, le niveau de vie moyen s'est encore amélioré… Mais uniquement grâce aux 5% des Français les plus aisés (disposant de plus de 36.380 euros par an). Tous les autres ont vu leur situation se dégrader. Une première pour les foyers dont le niveau de vie était compris, en 2009, entre 19.360 euros et 36.380 euros par personne. Si la crise a donc touché 95% de la population en 2010, elle a frappé plus fortement les plus modestes. Les ménages jusqu'à 15.400 euros voient leur niveau de vie baisser de -1,3% à -1,6%, contre - 0,1% à -0,3% pour les tranches supérieures. La situation s'est dégradée en 2010 en particulier parce que plusieurs dispositifs d'aides sont arrivés à échéance. 

8,6 millions de pauvres

Les prestations sociales ont malgré tout permis d'éviter le pire : sans elles, les personnes avec moins de 10.500 euros auraient perdu, chaque année depuis 2008, 4,6% de niveau de vie. Or, il n'a baissé «que» de 1,2% par an. Ce rempart n'empêche toutefois pas la pauvreté de gagner du terrain. En 2010, 444.000 personnes ont basculé sous le seuil de pauvreté (964 euros/mois) – c'est l'équivalent d'une ville comme Toulouse. La France comptait alors 8,6 millions de pauvres, dont 2,7 millions d'enfants. Le taux de pauvreté des moins de 18 ans atteint 19,6%. Autrement dit, un enfant sur cinq est aujourd'hui pauvre en France.

Et à la question de savoir s'il vaut mieux travailler ou être au chômage ou inactif pour s'en sortir, l'enquête apporte une réponse: si la pauvreté touche 3% des enfants qui vivent dans une famille où au moins un parent travaille, elle touche 39% de ceux qui vivent dans un foyer où personne ne travaille.