Les seniors vont-ils relancer l’économie française?

SOCIAL Plus de 300.000 emplois sont attendus de la «silver economy» que le gouvernement souhaite lancer...

Mathieu Bruckmüller

— 

 Couple de seniors en vacances
 Couple de seniors en vacances — WIDMANN/TPH/SIPA

Un rayon de soleil dans un ciel économique très chargé. Mercredi, le gouvernement lance la filière de la «silver economy» pour regrouper les entreprises agissant pour et avec les personnes âgées. Car les besoins sont a priori importants. Les plus de 60 ans, selon les projections, devraient passer de 15 à 24 millions d’ici 2060, soit un tiers de la population française. «Le vieillissement n’est pas seulement une charge, il peut aussi être source de croissance économique», explique Lionel Tourtier, le délégué général de l’institut SilverLife.

De nouveaux services

En effet, aujourd’hui, les besoins liés à la prise en charge de la dépendance sont évalués au bas mot à 23 milliards d’euros par an. Mais en parallèle, ils font naître de nouveaux services personnalisés comme les mobil-homes médicalisés, aux Etats-Unis, destinés aux seniors à mobilité réduite qui s’installent dans le jardin de leurs enfants avec, à la clé, un matériel médical chargé de transmettre les données médicales au médecin traitant, ou encore des technologies pour l’autonomie, à l’image des robots pour réaliser les tâches ménagères.

Ce vieillissement de la population française se double d’une évolution sociologique et économique forte. Les « papy-boomers» arrivent à la retraite avec de nouvelles attentes quant à leur confort de vie. Et ils en ont les moyens. Selon le Credoc, le poids des plus de 50 ans dans les dépenses de consommation atteindra les 50% d’ici deux ans. Il représentera même deux tiers des dépenses de santé et d’alimentation.

Mais ce n’est pas tout. D’ici 2015, les plus de 50 ans pourraient générer 58% du marché de l’équipement du foyer. Car au moment du passage à la retraite et du départ de leurs enfants, cette catégorie de la population est celle qui déménage le plus. Elle équipe son nouveau foyer et investit dans la décoration, voire dans les nouvelles technologies. «Leur niveau de vie est supérieur à ce qu’il était en 1984 et il reste en moyenne plus élevé que celui des moins de 50 ans», écrit le Credoc.

Une offre qui peine encore

On le voit, les besoins sont là. Mais l’offre ne suit pas encore avec, notamment, «des modes de distribution inadaptés aux conditions de vie des seniors. Une partie non négligeable de leur épargne pourrait en effet être consacrée à la consommation de produits et services mieux adaptés à leurs modes d’existence et à leurs capacités physiques», poursuit l’étude.

«C’est une opportunité à ne pas manquer pour l’industrie française. Cette nouvelle filière économique et industrielle sera grandement porteuse de croissance et d’emplois au cours des prochaines années», plaident Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, et Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées. En effet, alors que près de cinq millions de personnes sont inscrites à Pôle emploi, le record de 1997 pourrait être franchi jeudi; or selon la Dares, l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie pourrait générer 300.000 emplois d’ici à 2020. Un potentiel deux fois plus important en y incluant «la silver economy», selon le gouvernement.

Du retard à combler

En effet comparé au Japon, la France a du chemin à faire. D’après Lionel Tourtier, le chiffre d’affaires attendu rien que sur le marché de la robotique au pays du Soleil levant d’ici 2020 est de 35 milliards de dollars par an! Cet expert attend donc de l’Etat qu’au-delà des emplois de service à faible valeur ajoutée, il pousse à la création d’une véritable filière industrielle susceptible de booster l’activité économique de l’Hexagone.

Car au-delà des entreprises traditionnelles comme Legrand, qui proposent des services de télé et même vidéo-assistance, ou encore Orange avec sa filiale Orange Healthcare, des start-up se créent, à l’instar de Link Care Services avec la vidéo-vigilance, qui détecte automatiquement certaines situations à risque afin de déclencher une assistance humaine.