A quoi ressemble votre entreprise idéale dans le futur

EMPLOI Tournée vers l’international, l'entreprise idéale se positionne dans la finance et offre des emplois nomades et polyvalents...

Bertrand de Volontat

— 

Les salariés Français sont critiques vis-à-vis de leurs managers.
Les salariés Français sont critiques vis-à-vis de leurs managers. — SIERAKOWSKI / JOCHMANS / ISOPIX / SIPA

En temps de crise, pourquoi ne pas être exigeant? Face à la tension entre patrons et salariés dans la conjoncture actuelle, la perspective d’une situation meilleure future motive à coup sûr les jeunes actifs qui débarquent sur le marché. C’est ce que s’attache à réaliser le cabinet de conseil Deloitte, avec la plateforme de premier emploi JobTeaser, qui présente ce mardi sa troisième édition de l’entreprise idéale de demain, «une vision étudiante de l’entreprise, entre pragmatisme et idéalisme».

L’entreprise idéale est de taille moyenne, résolument ouverte sur l’international, sachant que 27% des jeunes diplômés envisagent de quitter la France pour assurer leur avenir professionnel, selon une différente étude sur «L’humeur des jeunes diplômés». Le cadre de travail devra être flexible, c’est-à-dire combiner le travail en entreprise et à domicile, sans pour autant plébisciter le télétravail.

Un bon manager n’est plus directif

Les étudiants veulent travailler en équipe et n’envisagent pas un emploi sédentaire (rester au même bureau toute leur carrière) ou sans polyvalence.

Et c’est dans les secteurs de la finance, du high-tech et de la consommation que la nouvelle vague se voit exercer. Pour des rémunérations prenant en compte leurs compétences pour la partie fixe, et la performance de chacun pour une part variable oscillant entre 25 et 30% du salaire fixe. Toutefois la rémunération n’est plus le critère principal comme par le passé: l’intérêt du travail et le développement de la carrière trustent les premières places.

Enfin, l’autorité des managers n’est plus perçue de la même façon. Ces derniers doivent faire preuve de soft skills, à savoir l’écoute et la confiance plus que la compétence et l’expertise. Le bon manager doit être enthousiaste et communicatif plus que directif.

>> Et vous, à quoi ressemble votre entreprise de demain? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.