La crise attaque les porte-monnaies

claire planchard

— 

La moitié des Français sondés avouent avoir réduit leur budget alimentation.
La moitié des Français sondés avouent avoir réduit leur budget alimentation. — A. GELEBART/20 MINUTES

La consommation, traditionnel moteur de l'économie française, est en danger. C'est l'alerte lancée lundi dans un sondage* réalisé par le magazine 60 millions de consommateurs «et l'institut Mediaprism. Près de huit Français sur dix estiment en effet que leur pouvoir d'achat a baissé en 2012 et 77 % anticipent une baisse en 2013. En tête des postes de dépenses les plus pénalisants, 85, 6 % citent l'énergie, devant l'alimentation (72, 9 %), la fiscalité (71, 6 %) et l'auto-moto carburant (69, 5 %). Un ressenti amplifié par rapport à la réalité des chiffres (le pouvoir d'achat a reculé de 0, 4 % en 2012, selon l'Insee), mais qui a eu un impact négatif sur la consommation de plus de trois Français sur quatre.

» On a passé un cap «


» Aujourd'hui, 66 % déclarent être dans une situation financière délicate, 42 % avoir supprimé certaines dépenses et se priver plus qu'avant, et 25 % avoir de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts «, résume Laurence Billot-David, directrice du pôle études de Mediaprism. Plus inquiétant encore : après avoir puisé dans leur épargne (53 %) et rogné sur les postes de dépenses» non essentiels «(loisirs, vacances, etc.), la moitié d'entre eux avoue avoir réduit leur budget alimentation en 2012.

» On a passé un cap : plus de Français envisagent de réduire leurs dépenses en 2013 «, note Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs.» Ce qui nous alerte aussi, c'est l'aggravation de la fracture en fonction des revenus, ajoute-t-il, avec d'un côté, ceux qui, avec 3 000 € mensuels, ont encore des marges de manœuvre et ceux qui, avec moins de 1 500 €, ont dû dans un cas sur trois réduire leurs dépenses de santé l'an passé. «

■ arbitrages

En 2013, prêter attention aux gestes de la vie quotidienne (63,9 %) et comparer les prix (61,4 %) seront les stratégies privilégiées par les Français, juste avant le report de certains achats (58,8 %) et la baisse globale des dépenses (58,4 %). Parmi les postes les plus facilement rognés, loisirs (66 %) et habillement (65 %) sont talonnés par beauté et soins (59,1 %), auto/carburant (49,8 %) et alimentation (39,6 %). A l'inverse, 60 % veulent préserver leur budget santé et logement.