Pourquoi il est impossible de vérifier les déclarations sur les biens immobiliers du gouvernement

VÉRIFICATION urant 48 heures, «20 Minutes» a tenté, en compagnie d’experts de l’immobilier, un fact-checking du prix au m² des biens immobiliers contenus dans les 38 déclarations des membres du gouvernement. Un travail qui s'est avéré délicat...

Bertrand de Volontat

— 

Projet immobilier dans le 2e arrondissement de Paris.
Projet immobilier dans le 2e arrondissement de Paris. — A.GELEBART/20 MINUTES

Trente-huit déclarations de ministres et ministres délégués, dont 34 de propriétaires, et quasiment aucune information complète. «Le gouvernement nous avait promis un big bang pour construire la moralité mais nous avons eu le droit au big bluff», estime Sylvain de Munter, directeur de l’animation ERA immobilier. En effet, dans une vaine tentative de 20 Minutes en compagnie d’experts de l’immobilier de vérifier les chiffres des biens immobiliers déclarés par les membres du gouvernement ce lundi, le constat est clair: il est impossible de travailler sur ces informations.

«Nous ne souhaitons nous exprimer sur ce sujet, faute de moyens d’expertiser de façon professionnelle le patrimoine en question», nous répond un réseau professionnel préférant garder l’anonymat.

«Cela devient juste du voyeurisme»

Dans les déclarations, les cases prévues pour récupérer les éléments nécessaires étaient pourtant prévues: lieu, m², maison ou appartement, prix, etc. Or sur 38 déclarations, aucune ne se ressemble en termes de nombre d’informations et seules quelques-unes permettent une vérification approximative des biens.

Dès le haut de l’échelle, Jean-Marc Ayrault ou Christiane Taubira donnent des informations incomplètes, Laurent Fabius et Fleur Pellerin affichent des prix semble-t-il en désaccord avec les tendances de marché. «S’il est impossible de procéder à une étude de ces informations, alors cela devient juste du voyeurisme», poursuit Sylvain de Munter.

Ainsi, le T3 de Pascal Canfin peut varier de 48 à 78 m² et la maison dans les Landes de Cécile Duflot ne sera pas la même si elle est dans les terres ou sur les plages d’Hossegor. De même, le 68 m² de Nicole Bricq dans le 7ème arrondissement revient à 10.000 euros du m² dans un quartier ou celui-ci varie de 9.000 à 19.000 euros.