La dette de la France supérieure à 94% de son PIB en 2014, selon Les Echos

© 2013 AFP

— 

A l'heure où toute rentrée budgétaire est bienvenue, le gouvernement français met en place un arsenal de mesures visant à sanctionner fraude ou évasion fiscale et à minimiser les effets de l'optimisation fiscale pratiquée par les grandes entreprises.
A l'heure où toute rentrée budgétaire est bienvenue, le gouvernement français met en place un arsenal de mesures visant à sanctionner fraude ou évasion fiscale et à minimiser les effets de l'optimisation fiscale pratiquée par les grandes entreprises. — Loic Venance afp.com

La dette publique cumulée de la France devrait encore augmenter en 2014 et dépasser les 94% du PIB, selon Les Echos qui, sur son site internet, assure lundi que la prévision figure dans le programme de stabilité de la France qui sera présenté mercredi en conseil des ministres.

«Le taux prévisionnel de la dette publique devrait dépasser 93% du PIB en 2013 et atteindre un pic légèrement supérieur à 94% de PIB en 2014», selon la version électronique du quotidien, qui ne cite pas de source. «Les prévisions de Bercy comptabilisaient jusque-là une dette de 91,3% du PIB fin 2013 suivie d'une baisse à 90,5% en 2014», rappellent Les Echos, tout en reconnaissant que, si les prévisions se sont dégradées, cela ne fait «pas bouger d'un iota les marchés», sur lesquels la France continue d'emprunter à des taux historiquement bas.

Le gouvernement va présenter mercredi sa stratégie pour ramener le déficit public de la France sous la barre symbolique des 3% du PIB en 2014, avec un an de retard, un effort qui implique de nouvelles hausses d'impôts malgré les promesses de stabilité fiscale.