Les salariés de l'avion lorrain interpellent le gouvernement

Reuters

— 

Les salariés de Sky Airkraft, entreprise qui développe depuis 2009 en Lorraine le Skylander, un avion biturbopropulseur capable d'emporter 19 passagers ou trois tonnes de fret, en appellent au gouvernement pour tenter d'éviter la liquidation.

Décision le 16 avril

Le tribunal de commerce de Briey (Meurthe-et-Moselle) doit se prononcer le 16 avril sur le sort de cette filiale de Geci International, entreprise aéronautique cotée en bourse, qui est en redressement judiciaire depuis le 4 octobre dernier avec un passif de 110 millions d'euros.

«Notre projet vise à fabriquer et à assembler en France et participe ainsi à la réindustrialisation d'une région en difficulté, la Lorraine», soulignent les délégués du personnel dans une lettre ouverte adressée mardi à la ministre des PME, Fleur Pellerin.

«Le Skylander s'inscrit dans un marché reconnu qui, sans soutien, serait totalement délaissé au profit de constructeurs étrangers ayant déjà décidé de l'investir», ajoutent-ils.

350 emplois à terme

Invoquant le sort des 113 salariés employés sur l'ancienne base aérienne de Chambley et les 350 emplois prévus à terme, ils sollicitent une garantie de la Banque publique d'investissement sur un crédit de trésorerie, un outil inclus dans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi.

Le seul projet de reprise déposé devant le tribunal de Briey, celui d'Hong Kong Aero Technologies, une entreprise adossée au premier avionneur chinois, Avic, semble conpromis, les 10 millions d'euros annoncés pour relancer le programme n'étant jamais parvenus en Lorraine.