Marché obligataire: Le taux français à un plus bas historique

MARCHES Le taux d'emprunt à 10 ans de la France a touché un nouveau plus bas historique lundi sur le marché obligataire, les investisseurs étrangers, notamment asiatiques, continuant de se ruer vers les dettes des pays les mieux notés de la zone euro...

© 2013 AFP

— 

Le taux d'emprunt à 10 ans de la France a touché un nouveau plus bas historique lundi sur le marché obligataire, les investisseurs étrangers, notamment asiatiques, continuant de se ruer vers les dettes des pays les mieux notés de la zone euro.
Le taux d'emprunt à 10 ans de la France a touché un nouveau plus bas historique lundi sur le marché obligataire, les investisseurs étrangers, notamment asiatiques, continuant de se ruer vers les dettes des pays les mieux notés de la zone euro. — Damien Meyer AFP

Le taux d'emprunt à 10 ans de la France a touché un nouveau plus bas historique lundi sur le marché obligataire, les investisseurs étrangers, notamment asiatiques, continuant de se ruer vers les dettes des pays les mieux notés de la zone euro.

Le taux français sur l'échéance de référence à 10 ans a atteint 1,709% à 09H21 (contre 1,754% vendredi à la clôture) sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

A 18H00 (16H00), il remontait à 1,751%, après s'être offert le luxe de passer brièvement en début de matinée sous le taux à 10 ans des Etats-Unis.

Il s'agit d'un nouveau record pour le taux français, qui était passé vendredi sous 1,8% pour la première fois, après être tombé sous 2% en décembre 2012.

La dette française n'était en rien affectée par les prévisions de croissance dévoilées dimanche par le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, de 0,1% pour 2013 et 1,2% pour 2014.

«Les rendements français à 10 ans ont chuté de manière assez conséquente la semaine dernière et continuent à bien se tenir. La dette française a profité d'un potentiel flux d'acheteurs du Japon», souligne Cyril Regnat, stratégiste obligataire chez Natixis.

Les investisseurs asiatiques se ruaient sur le marché obligataire européen depuis les mesures de relance annoncées la semaine dernière par la Banque du Japon, qui vont se traduire par l'injection d'une très grande quantité de liquidités sur le marché.

Lundi en fin de matinée, le taux à 10 ans de l'Allemagne était en légère hausse à 1,237% (contre 1,212%). «Les acheteurs venus d'Asie semblent plus attirés par le rendement et favorisent davantage les autres dettes» que celle de l'Allemagne, observent les stratégistes obligataires chez BNP Paribas.

Par ailleurs, le taux de plusieurs pays fragiles se détendaient, sur fond d'accalmie en zone euro, malgré les incertitudes politiques en Italie.

Le taux de l'Espagne baissait à 4,747% (contre 4,749%), tout comme celui de l'Italie à 4,341% (contre 4,378%).

«Chypre est résolument derrière nous et en Italie on peut espère que l'on se dirige vers la formation d'un gouvernement», note M. Regnat.

De son côté, le taux du Portugal progressait à 6,415% (contre 6,359%). La Commission européenne a demandé dimanche à Lisbonne de respecter les objectifs définis dans le cadre de son plan d'aide, après le rejet par la cour constitutionnelle de plusieurs mesures d'austérité recommandées par les créanciers du pays.

«Les investisseurs tiennent compte de la volonté du gouvernement portugais de réagir rapidement», explique le stratégiste obligataire.

Hors zone euro, le taux britannique à 10 ans montait à 1,697%, contre 1,631% vendredi.

Aux Etats-Unis, le taux à 10 ans progressait très légèrement à 1,714%, contre 1,713% vendredi, tout comme celui à 30 ans à 2,883%, contre 2,875%. Le taux à 3 mois baissait à 0,06%, contre 0,07% vendredi.

Sur le marché interbancaire, l'Euribor est resté stable à 0,210%, tout comme le Libor à 0,279%.