Grèce: National Bank (NBG) et Eurobank pourraient être nationalisées

Avec Reuters

— 

L'Etat grec risque de devoir nationaliser deux des principales banques du pays, celles-ci ayant suspendu leur projet de rapprochement faute d'avoir trouvé les capitaux privés nécessaires. National Bank (NBG) et Eurobank ont perdu jusqu'à 30% en Bourse après l'annonce de l'arrêt de leur projet de rapprochement, qu'elles expliquent par leur incapacité à lever les capitaux privés nécessaires pour éviter une nationalisation.

National Bank a acquis en février 84,3% d'Eurobank via un échange d'actions, avec la volonté d'intégrer totalement les activités de sa cible et de s'assurer la position de première banque de Grèce. Mais le projet préoccupe la troïka des bailleurs de fonds d'Athènes (l'Union européenne, le Fonds monétaire international et la Banque centrale européenne), qui craignent l'émergence d'une banque de taille démesurée par rapport au poids de l'économie grecque.

Des hauts fonctionnaires ont assuré que les dépôts dans les deux banques ne seraient pas affectés

«Le fait qu'ils reconnaissent qu'il est peu probable que (les banques) parviennent à lever les 10% de capitaux nécessaires auprès d'investisseurs privés est négative (car) les actionnaires pourraient se retrouver actionnaires d'une banque nationalisée», note Maria Kanellopoulou, analyste chez Euroxx Securities. Des hauts fonctionnaires ont assuré que les dépôts dans les deux banques ne seraient pas affectés par le gel du projet de fusion.

National et Eurobank avaient besoin au total de 15,6 milliards d'euros de capitaux frais pour porter leurs fonds propres au niveau de solvabilité exigé par la banque centrale.