Allemagne: rebond plus marqué que prévu des commandes industrielles en février

© 2013 AFP

— 

Les commandes à l'industrie allemande ont nettement rebondi en février, inscrivant une hausse de 2,3% par rapport au mois précédent, bien plus forte que les prévisions des analystes, selon un chiffre provisoire publié vendredi.
Les commandes à l'industrie allemande ont nettement rebondi en février, inscrivant une hausse de 2,3% par rapport au mois précédent, bien plus forte que les prévisions des analystes, selon un chiffre provisoire publié vendredi. — Daniel Roland AFP

Les commandes à l'industrie allemande ont nettement rebondi en février, inscrivant une hausse de 2,3% par rapport au mois précédent, bien plus forte que les prévisions des analystes, selon un chiffre provisoire publié vendredi.

Les économistes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires tablaient en moyenne également sur un rebond, mais limité à 1,2%, en données corrigées des variations saisonnières.

Alternant les hausses et les baisses depuis plusieurs mois, les commandes industrielles avaient diminué de 1,6% en janvier sur un mois, un chiffre définitif légèrement révisé à la hausse par rapport au chiffre provisoire de -1,9% communiqué début mars.

Si dans leur ensemble, les commandes ont été meilleures en février, le ministère de l'Economie, qui publie cette statistique, souligne toutefois que l'entrée de grosses commandes a été pour un mois de février «légèrement sous la moyenne».

Les commandes en provenance d'Allemagne ont progressé de 2,2% sur un mois et celles de l'étranger de 2,3%, ce qui «pourrait en grande partie compenser leur recul du mois précédent», détaille le ministère.

Sur les deux mois de janvier et février, les commandes industrielles ont progressé d'un maigre 0,1% par rapport à l'ensemble des mois de novembre et décembre, une hausse de 1,3% des commandes en provenance d'Allemagne compensant le recul de 0,9% de celles en provenance de l'étranger.

Le ministre de l'Economie estime qu'avec ce redressement des commandes, «l'industrie surmonte de plus en plus sa phase de faiblesse».

Economiste chez Newedge, Annalisa Piazza estime que ces chiffres montrent «que le secteur manufacturier a regagné en vigueur en février». Elle se montre cependant encore «sceptique sur le rythme de reprise car les risques de répercussions des difficultés de la zone euro demeurent élevés».

«Les commandes à l'industrie allemande font des zigzag depuis presque un an. La dernière fois qu'elles ont progressé deux mois d'affilée était en février et mars de l'année dernière», rappelle également Carsten Brzeski, économiste chez ING, ajoutant qu'il ne faut pas se réjouir trop vite de la remontée de février.

Les économistes voient en particulier d'un bon oeil le fait qu'à la fois les commandes venues d'Allemagne et de l'étranger ont bien progressé. La première économie de la zone euro profite encore «d'une demande intérieure qui devrait être un important facteur de croissance cette année» et «du redressement progressif de l'économie mondiale», souligne M. Brzeski.

Selon lui, cela met également en évidence que l'économie allemande se découple de plus en plus du reste de l'Europe.

Christian Schulz, de chez Berenberg, y voit aussi une chance pour le reste de la zone et les pays les plus touchés par la crise de la dette publique.

«Leurs chances de se sortir des problèmes grandissent avec une demande allemande plus élevée», écrit-il dans une note.