Les gestionnaires d'actifs contre le déblocage de la participation pour l'automobile

Reuters

— 

L'Association française de la gestion financière (AFG) s'est déclarée mardi opposée à un éventuel déblocage anticipé de la participation salariale pour soutenir le marché automobile.

>> La participation salariale au secours du marché automobile?

Selon le quotidien Les Echos de lundi, le gouvernement examinerait une proposition en ce sens du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), qui consisterait à pouvoir utiliser la participation - bloquée légalement pendant cinq ans - en vue de l'achat d'une voiture neuve peu polluante.

Une «fausse bonne idée»

L'AFG estime qu'il s'agit-là d'une «fausse bonne idée, court termiste, inefficace et dangereuse pour les salariés et le financement de l'économie».

Selon l'Association, qui représente les professionnels français de la gestion d'actifs, cette mesure ne ferait «au mieux» qu'anticiper momentanément la décision d'achat de quelques dizaines de milliers de véhicules non nécessairement produits en France et créerait mécaniquement un «trou» dans les achats les années suivantes.

Vases communicants

En incitant les salariés à puiser dans leur épargne pour acheter une voiture, ces derniers sont privés d'une épargne qui à vocation à préparer leur retraite, à acquérir leur logement ou à faire face à d'éventuels «coups durs», ajoute l'AFG, précisant que l'épargne salariale représente plus de la moitié de l'apport personnel d'un salarié dans le financement de sa résidence principale.

Les professionnels s'attendent à une nouvelle baisse d'au moins 5% du marché automobile français cette année après une chute de 14% l'an dernier.