Wall Street, résistante, espère reprendre le fil de sa course historique

© 2013 AFP

— 

La Bourse de New York, qui a repris son souffle cette semaine, espère qu'une résolution durable de la crise chypriote et une nouvelle salve d'indicateurs économiques américains l'aideront à reprendre le fil de sa course aux records historiques.
La Bourse de New York, qui a repris son souffle cette semaine, espère qu'une résolution durable de la crise chypriote et une nouvelle salve d'indicateurs économiques américains l'aideront à reprendre le fil de sa course aux records historiques. — Spencer Platt GETTY IMAGES NORTH AMERICA

La Bourse de New York, qui a repris son souffle cette semaine, espère qu'une résolution durable de la crise chypriote et une nouvelle salve d'indicateurs économiques américains l'aideront à reprendre le fil de sa course aux records historiques.

Au cours des cinq dernières séances, le Dow Jones Industrial Average, indice vedette réunissant 30 valeurs de Wall Street, a fini quasi stable (-0,01%) à 14.512,03 points.

L'indice, très surveillé par le grand public, avait connu jusqu'en fin de semaine dernière une série de 8 sommets historiques.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a cédé 0,13% à 3.245,00 points, évoluant toujours à des niveaux plus vus depuis le 7 novembre 2000.

L'indice élargi Standard & Poor's 500 a reculé de 0,24%, terminant à 1.556,89 points, à moins de 10 points de son propre sommet en clôture (1.565,15 points) atteint le 9 octobre 2007.

Malgré une légère baisse sur la semaine et les incertitudes qui continuaient de peser sur la situation de Chypre, les investisseurs ne renonçaient pas à leur parti pris optimiste, abordant la semaine prochaine, qui sera écourtée par un long week-end pascal, avec bonne humeur.

«Il fallait que le marché souffle un peu. Il a trouvé une excuse avec Chypre, mais même cette crise n'a pas suffi à le faire bouger de manière importante», contrairement à certaines places financières européennes et à d'autres marchés, a noté Gregori Volokhine, de Meeschaert New York.

De nombreux observateurs étaient en effet frappés par la résistance de la Bourse de New York, dont les principaux indices se maintenaient proche de niveaux historiques dans un contexte d'incertitude majeure en zone euro, sans donner de signes de dégringolade imminente.

«On a finalement assisté à des mouvements de recul relativement ordinaires, associés à des gros titres tout sauf ordinaires», a résumé Dan Greenhaus, de BTIG.

La volonté de l'Europe et du Fonds monétaire international (FMI) d'imposer une taxe inédite sur les dépôts bancaires à Chypre, en échange d'un plan de sauvetage financier destiné à sauver le pays de la faillite, a provoqué un tollé dans l'île et sur les marchés avant d'être rejeté par le Parlement du pays.

Ce n'est pas le poids économique infime du pays à l'échelle mondiale ou de la zone euro qui a effrayé le marché, «mais plutôt la crainte d'un effet domino entraînant l'adoption de plans similaires en Espagne ou en Italie», a précisé Anthony Conroy, de BNY ConvergEx Group.

Mais les investisseurs «ne sont plus aussi disposés qu'auparavant à réagir au moindre gros titre en zone euro», a renchéri Dan Greenhaus.

L'endurance haussière du marché se doit notamment à la Réserve fédérale américaine (Fed) et à l'assurance donnée encore une fois cette semaine par l'institution du maintien cette année de son soutien extraordinaire à la reprise américaine, a estimé M. Volokhine.

Pour Anthony Conroy également, «de bonnes nouvelles économiques dans l'immobilier notamment, mais aussi du côté des résultats d'entreprises et des banques» qui ont presque toutes passé avec succès les tests de résistance de la Fed, apportaient un contre-poids aux inquiétudes macroéconomiques européennes.

Une salve de statistiques seront ainsi étudiées avec attention au cours des prochaines semaines, selon Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital. Les investisseurs regarderont notamment les commandes de biens durables, l'indice S&P Case-Shiller des prix de l'immobilier, les ventes de logements neufs et la confiance des consommateurs mardi, un indice PMI sur l'activité de la région de Chicago jeudi.

«Des chiffres importants sortiront aussi vendredi lorsque le marché sera fermé», a précisé M. Cardillo, dont les revenus des ménages, les dépenses de consommation.

Nasdaq Nyse