UE: la dette des pays fragiles continue à se détendre malgré Chypre

© 2013 AFP

— 

Les taux d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie continuent à se détendre vendredi malgré les interrogations sur l'avenir de Chypre, les investisseurs étant persuadés qu'une solution sera trouvée d'ici lundi pour éviter un effondrement du pays aux effets désastreux.
Les taux d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie continuent à se détendre vendredi malgré les interrogations sur l'avenir de Chypre, les investisseurs étant persuadés qu'une solution sera trouvée d'ici lundi pour éviter un effondrement du pays aux effets désastreux. — Georges Gobet AFP

Les taux d'emprunt de l'Espagne et de l'Italie continuent à se détendre vendredi malgré les interrogations sur l'avenir de Chypre, les investisseurs étant persuadés qu'une solution sera trouvée d'ici lundi pour éviter un effondrement du pays aux effets désastreux.

Vers 17H30 (16H30 GMT), le taux à 10 ans de l'Espagne reculait à 4,861%, contre 4,881% jeudi sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

En parallèle, le taux de l'Italie baissait marginalement à 4,523% contre 4,524% la veille.

Les investisseurs restent persuadés qu'une solution sera trouvée pour Chypre avant la date butoir de lundi lancée par la Banque centrale européenne (BCE). «Cette conviction du marché permet d'éviter un dérapage sur les taux des pays fragiles de la zone euro», explique Nordine Naam, stratégiste obligataire chez Natixis.

Chypre a rejeté le premier plan d'aide européen qui était accompagné d'une taxation des dépôts bancaires et l'île a désormais jusqu'à lundi pour mettre sur pied un nouveau plan de sauvetage.

Les ministres des Finances de la zone euro ont indiqué être prêts à discuter d'une nouvelle proposition de Nicosie. Le pays est engagé dans d'«âpres négociations» avec la troïka des bailleurs de fonds (UE-FMI-BCE), a déclaré le gouvernement à Nicosie.

Le Parlement chypriote a reporté à vendredi après-midi une séance d'urgence pour examiner une série de propositions destinées à lever plusieurs milliards d'euros pour obtenir l'aide.

De son côté, la Russie a indiqué ne pas être intéressée par les ouvertures de Chypre, qui tentait d'obtenir son aide.

Les analystes chez CM-CIC sont également «convaincus que les dirigeants européens parviendront à trouver des solutions, susceptibles de calmer à nouveau l'aversion au risque, mais ceci risque de prendre plusieurs semaines, au moins».

Dans ce climat, les dettes des pays fragiles ont légèrement progressé, illustrant la relative confiance des investisseurs.

Le taux à 10 ans de l'Allemagne montait à 1,377%, contre 1,365% jeudi et celui de la France à 2,015% contre 2,006%.

Hors zone euro, le taux britannique à 10 ans baissait à 1,847%, contre 1,859%.

Aux Etats-Unis, le taux à 10 ans progressait à 1,921%, contre 1,911%, tout comme celui à 30 ans à 3,145%, contre 3,132% la veille. Le taux à 3 mois remontait à 0,07%, contre 0,06% la veille.

Sur le marché interbancaire, l'Euribor est remonté à 0,215%, contre 0,211% jeudi, tandis que le Libor est resté stable à 0,284%.