La Commission européenne s'intéresse aux pratiques commerciales d'Apple

Reuters

— 

Les services de la concurrence à la Commission européenne s'intéressent aux pratiques d'Apple en matière de commercialisation de ses téléphones iPhone et de ses tablettes iPad à la suite de plaintes informelles de plusieurs opérateurs télécoms. Ces plaintes reflètent les tensions entre les opérateurs télécoms et les fournisseurs de contenus comme Apple ou Google , dont les nouveaux services numériques utilisent les systèmes de télécommunications traditionnels.

Un porte-parole de la Commission a indiqué vendredi que les services de la concurrence avaient été informés des inquiétudes suscitées par les pratiques d'Apple. "Il n'y a pas eu de plainte formelle, cependant", a noté Antoine Colombani lors d'un point de presse régulier. "De manière générale, nous surveillons activement les développements de ce marché. Nous interviendrons, bien entendu, s'il y a des soupçons de pratiques anticoncurrentielles aux dépens des consommateurs."  Selon trois sources au fait de la situation, plusieurs opérateurs télécoms - dont les noms n'ont pas été précisés - ont fait part de griefs à la Commission.

Leurs inquiétudes portent sur les termes des contrats commerciaux d'Apple, a précisé une des sources. "Apple insiste sur un certain niveau de subventions et de marketing pour l'iPhone", a-t-elle expliqué. Le smartphone d'Apple représente la moitié du chiffre d'affaires du groupe californien. "Nos contrats se conforment partout aux législations locales, y compris dans l'Union européenne", a répliqué Natalie Kerris, porte-parole d'Apple. Ce n'est pas la première fois que le régulateur européen s'intéresse aux pratiques de la firme à la pomme. Il y a près de trois ans, une enquête avait été ouverte sur les services professionnels de l'iPhone. Apple a par la suite autorisé des services de réparation transfrontaliers et assoupli ses restrictions sur les applications du smartphone, à la suite de quoi la Commission a abandonné la procédure.