PAC: Pour José Bové, «le Parlement européen a manqué un rendez-vous historique»

Avec Reuters

— 

Le Parlement européen a approuvé mercredi dans leur principe les objectifs de «verdissement» et de meilleure répartition des aides de la future Politique agricole commune (Pac). Cette énième réforme d'une politique qui absorbe 40% du budget de l'Union européenne est la première à laquelle les députés européens sont associés en tant que colégislateurs, à égalité avec le Conseil européen.

Ce premier vote ne visait encore qu'à définir le mandat de négociation qui sera confié aux représentants de sa commission de l'agriculture. Les eurodéputés ont approuvé l'un des points clés de la réforme consistant à conditionner 30% des aides directes, liées aux surfaces cultivées, au respect de pratiques durables telles que maintien de prairies permanentes, diversification des cultures et création de «surfaces d'intérêt écologique».

«Les grosses exploitations continueront à éliminer les plus petites»

Ils ont également soutenu la proposition de la Commission en faveur d'un plafonnement de ces aides, qui subiraient un abattement à partir de 150.000 euros pour une même exploitation et seraient plafonnées à 300.000 euros. Les sommes ainsi économisées devraient permettre d'accorder des bonus aux petits ou aux jeunes agriculteurs. L'alignement du Parlement sur les positions de la Commission a suscité une réaction virulente de Verts qui plaidaient pour un plafonnement à 100.000 euros.

«Le Parlement européen a manqué un rendez-vous historique», a déclaré l'eurodéputé français José Bové dans un communiqué. «Les grosses exploitations continueront à éliminer les plus petites qui les entourent. C'est le feu vert au gigantisme et à une agriculture industrielle.»